mouvances koulouba drapeau
article comment count is: 0

Les trois grandes mouvances en lice pour le palais de Koulouba

Le coup d’envoi de la course de fond pour les hauteurs de Koulouba a été donné le samedi 7 juillet 2018 au Mali. Vingt-quatre candidats validés par la Cour constitutionnelle nous chantent tous la même chanson dans leurs programmes de campagne (la paix, la sécurité, la santé, l’éducation, le développement socio-économique, réformes institutionnelles…). Mais parmi cette multitude de candidats, trois grands courants émergent, écrit la blogueuse Gisèle Flanda.

  1. La mouvance présidentielle ou la gauche vidée de sa substance

C’est celle du président sortant et candidat à sa propre succession : Ibrahim Boubacar Keïta. Cette mouvance pourrait être assimilée à la gauche, vidée des valeurs progressistes et égalitaires, et sans la justice sociale dont elle aurait voulu se faire la figure de proue. Les Maliens sont divisés sur son exercice chaotique du pouvoir, sur fond de népotisme, de corruption, de mauvaise gestion de la crise sécuritaire et d’incompétence notoire dans la résolution des défis socio-économiques qu’il s’était engagé à résoudre pour le bonheur des Maliens.

Enfin « inch’allah » est son expression arabe fétiche,  pour dire que la réalisation de son projet dépend de Dieu. Je ne sais pas si c’est Dieu qui l’a voulu, mais le joli bilan de son mandat concocté par son camp reste difficilement vérifiable sur terrain.

  1. La droite libérale

Elle est conduite par le chef de file de l’opposition Soumaila Cissé qui se lance pour la énième fois à la course pour la magistrature suprême. Avec l’un des électorats les plus stables, il a le privilège d’avoir cette année, de façon inédite, des soutiens de taille comme celui du célèbre chroniqueur Ras Bath, véritable harangueur des foules.

Ce soutien, rajouté à sa force politique initiale que lui confère son parti, l’Union pour la République et la Démocratie (URD), et un programme de société ambitieux, lui donne bon espoir de réaliser son rêve d’être le prochain maître de céans à Koulouba. Son maitre mot : Travail, travail, travail !

  1. Les non- alignés

Ils ne sont ni avec la mouvance présidentielle, ni avec l’opposition, mais ils pourraient soutenir l’un ou l’autre des deux camps au second tour de la présidentielle, car leur chance d’y parvenir eux-mêmes est presque inexistante. Ils seront les véritables faiseurs de roi au deuxième tour.

Ils prônent un changement systémique, radical et ont du mal à s’imposer dans un jeu politique déjà bien ancré. Leur figure emblématique, Cheick Modibo Diarra. Leur maitre mot : changement intégral de la classe politique (pourtant, ils sont eux- mêmes proches des régimes précédents, soit socialement, soit par collaboration professionnelle) !

Maintenant que nous connaissons les forces en présence, je conseille à mes compatriotes de retirer leurs cartes d’électeur, de s’informer sur les différents programmes et de voter pour le meilleur candidat pour le Mali. Et surtout,

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.