Bamako : ces aide-ménagères qui détrônent des patronnes dans le foyer
article comment count is: 3

Bamako : ces aide-ménagères qui détrônent des patronnes dans le foyer

A Bamako, entre le statut d’aide-ménagère et celui de maîtresse du foyer, il n’y a souvent qu’un pas. Certaines aide-ménagères finissent par se marier avec l’époux de leur patronne.  

Ce jour-là, la vie  de Sétou a basculé. Après une dizaine d’années de mariage, elle surprend son mari en plein ébats sexuels avec l’aide-ménagère dans son lit. Sétou doutait jusque-là de l’infidélité de son mari, mais elle n’avait jamais imaginé que la cible était si proche. Sous le choc, elle crée un scandale, alerte tout le voisinage dans le but d’humilier son mari. Peine perdue ! Quelques mois plus tard, l’époux convole en secondes noces avec l’aide-ménagère. Sétou a préféré rester dans son foyer.

Ce cas n’est pas isolé à Bamako où des couples volent en éclats sur fond de relations adultérines impliquant des aide-ménagères. Salimata Sidibé, une autre habitante de la capitale, témoigne qu’une de ses proches a subi le même sort. Cette dernière a été abandonnée par son mari au profit de l’aide-ménagère. Selon elle, « le divorce est la meilleure des options face à un tel problème ».

Viol déguisé

Si certaines aide-ménagères acceptent volontiers les avances venant de l’époux de leur patronne, d’autres le font à contrecœur. « La plupart des aide-ménagères qui acceptent les avances de leur patron ou fils de patron le font sous contrainte. Mais la première étape du viol franchie, ça peut vite devenir quelque chose de quotidien. Et la victime se retrouve prise entre les griffes de son bourreau », explique Moussa Guindo, Secrétaire général de l’Association pour la protection des travailleurs domestiques au Mali (APTDM).

Pour cet activiste des droits humains, cette pratique est assimilable à un viol déguisé. « Si un patron ou fils de patron veut vraiment marier une employée domestique tout en respectant les procédures légales, ajoute-t-il, nous ne voyons aucun mal à cela. Parce que les domestiques sont des femmes comme les autres. Une fois de plus, les filles qui tombent dans les bras de leur patron ou du fils de celui-ci sont juste des victimes, même si la famille où elles travaillent refuse d’admettre cela.»

Cheick Oumar est un vendeur de friperie basé à Bamako. Pour lui, les domestiques donnent souvent aux hommes ce qu’ils n’ont pas avec leurs propres épouses. Notamment de l’attention, de la disponibilité et de la soumission, « comme aiment les hommes chez nous ». « Aide-ménagère ou pas, une femme reste une femme. Si elles [les aide-ménagères] parviennent à faire ce que les épouses refusent de faire, il est tout à fait normal qu’elles leur enlèvent leur place », dit-il.

Des gris-gris pour séduire

Quant aux aide-ménagères, la plupart de celles interrogées confient qu’elles ne souhaitent jamais se retrouver dans une telle situation. « Les hommes de la grande ville cherchent juste à s’amuser avec nous. Donc, je préfère m’abstenir », confie Rokia Diarra, une aide-ménagère.

Cependant, la ressortissante de Niéna,  dans l’actuelle région de Sikasso, estime  que certaines aide-ménagères se préparent au village avec des gris-gris dans l’intention d’envouter les hommes. Ces relations  se terminent souvent en mariage. Mais d’autres enferment les victimes dans un cycle infernal de violences sexuelles et psychologiques.   

Comme Rokia Diarra, beaucoup croient au fait que certaines aide-ménagères envoutent les maris de leur patronne pour ravir la place de celle-ci. D’autres pointent également la négligence des patronnes qui confient la gestion exclusive de leur foyer à des aide-ménagères, créant au passage une proximité entre ces dernières et le mari.

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (3)

  1. J’interviens sur le cas des aides ménagères au Mali un problème qui concerne tout le monde. Aujourd’hui leur statut n’est pas suffisamment défini par le législateur malien n’est-il pas un obstacle de la loi?. Ces aides ménagères travaillent dans un cadre totalement ignorer, non réglementé elles travaillent nuit et jour sans repos , elles réveillent les premières le matin et elles couchent les dernières la nuit. Elles sont invitées à faire toutes les activités ménagères et non ménagères dans la famille. Ce ne pas tout, Elles sont les moins rémunérées , Beaucoup d’entre elles gagnent pas 15 .000f par mois, chose qu’on doit prendre en compte aujourd’hui par les autorités ,Si on nous parle encore dans un pays de droit il ya encore des personnes qui travaillent moins de 15000f par mois, chose très difficile à comprendre non seulement dans un État de droit mais aussi au 21e siècle. Ces aides ménagères méritent aussi les droits comme les autres travailleurs. Alors nous interpellons l’Etat à prendre toutes les mesures nécessaires pour mettre fin à ce problème qui concerne chacun de nous.

    1. Il serait interessant de faire un billet pour interpeller sur ce que vous denoncez dans votre commentaire. Benbere va publier, c’est sur.