Couple : apprendre à gérer la différence de désir
article comment count is: 0

Couple : apprendre à gérer la différence de désir

Dans les couples, la différence de désir peut souvent constituer un problème qu’il est important d’apprendre à gérer.

Le fait est rarissime : une femme qui supplie son mari d’en épouser une autre. Pourtant, c’est ce que demande la jeune Lalla K., jeune, après seulement trois ans de mariage. La raison ? « Les demandes sexuelles de mon mari sont élevées », affirme la jeune femme. « Au tout début, je trouvais cela normal car on venait juste de se marier. Il fallait profiter de cette nouvelle vie de couple. Mais après tout ce temps, il ne fait qu’en demander plus », déplore-t-elle.

Ayant fait une année sans pouvoir tomber enceinte, Lalla lui avait trouvé une autre excuse. Elle pensait  qu’il s’appliquait juste dans le but de la mettre enceinte. Elle s’est donc mise à écouter des émissions radiophoniques, à intégrer des groupes WhatsApp et à télécharger des vidéos. Tout cela dans le but d’avoir des astuces de femme qui pourront l’aider à être au même niveau que son mari, à ressentir autre chose que la peur face aux demandes sexuelles de son mari.

« Objet sexuel »

« Vous allez me trouver folle, mais désespérée, je l’ai supplié d’épouser une autre. Peut-être une autre femme sera la solution à mes problèmes ? Peut-être qu’il saurait me donner un temps de répit ? J’aime mon mari mais je me sens épuisée et comme un objet sexuel. Le pire est que je n’arrive pas à en profiter comme il se doit », se plaint Lalla.

Son mari a simplement refusé cette proposition : « Il m’a dit clairement qu’aucune autre ne lui procurait autant de plaisir que moi ». L’époux aurait ajouté : « Ce n’est pas un problème de femme, sinon je peux en trouver n’importe où. C’est toi qu’il me faut. »

Cet aspect est assez souvent occulté : la différence de désir. Alors que la réussite du mariage repose aussi sur la capacité de satisfaction mutuelle au lit des conjoints.

Troubles psychologiques

Selon certaines personnes, cet excès de désir est dû à la consommation d’excitants comme l’alcool, la drogue ou d’autres produits aphrodisiaques. Mais, à en croire Lalla, son mari ne touche à aucun de ces produits.

Pour Tembely Youssouf Maoudo, urologue au Centre hospitalier universitaire de Point-G, cela peut être lié à une maladie appelée « satyriasis », qui désigne un état d’excitation maladive morbide des fonctions sexuelles de l’homme avec un penchant irrésistible de répéter fréquemment l’acte et la faculté de l’exercer un grand nombre de fois sans s’épuiser. « On parle également d’aphrodisie ou d’exagération du désir sexuel chez l’homme », précise le spécialiste, qui ajoute que l’excès de désir sensuel peut s’exprimer aussi chez la femme.

Selon Dr Tembely, au Mali, c’est la prise en charge psycho-sexologique qui est proposée en première intention. Quant au traitement, il se fait en couple.

Le problème de différence de désir amuse certains et gêne d’autres. Pourtant, c’est un vrai problème auquel il faut s’attaquer car il peut être facteur de crime ou délit sexuel. « Les souffrances engendrées peuvent être à l’origine d’autres troubles psychiatriques : dépression, passage à l’acte, conduite à risque », prévient l’urologue.

Partagez-nous votre opinion