aime election presidentielle isoloir_electeur_vote_presidentielle_Bamako_Mali
article comment count is: 0

Ce que j’ai aimé de l’élection présidentielle

L’élection présidentielle que nous venons de terminer a déçu beaucoup de gens, moi y compris. Mais j’ai aimé la façon dont les populations du Nord se sont comportées, écrit le blogueur Malize.

Je n’ai pas particulièrement aimé la manière dont l’opposition a échoué à mettre en place une coalition solide pour changer le régime en place.  Si elle avait réussi, elle aurait restauré l’espoir chez le peuple malien et les futurs présidents seraient avertis que s’ils n’honorent pas leurs promesses, ils ne gagneraient pas le second tour.

Une participation exemplaire dans le Nord

Mais j’ai beaucoup aimé la façon dont les populations du Nord se sont comportées. Même s’il y a eu quelques attaques et l’assassinat d’un directeur de bureau de vote, les gens n’ont pas hésité à se déplacer pour voter. D’après le rapport de la COCEM (Coalition pour l’observation citoyenne des élections au Mali), j’ai retenu que le taux de participation pour le second tour était de 92,21% pour la région de Kidal, 69,55% pour la région de Gao et 60,46% pour la région de Tombouctou. Au Sud par contre, les taux moyens de participation avoisinaient les 30%.

Malgré le soupçon de fraude, le vote massif des régions du nord du pays prouve qu’il n y a pas de problème entre les populations du Nord et le gouvernement malien. Le président sortant est un Keïta, un malinké originaire de Koutiala dans la région du Sikasso, en plein sud du Mali. Mais d’après le même rapport de la COCEM, IBK  a obtenu 100%  des voix dans 107 bureaux de Tombouctou, 88 bureaux de Gao, 23 Bureaux de Mopti, 7 Bureaux de Kidal. Je comprends par-là que les gens du Nord n’ont aucun problème à voter pour un président du Sud. Ça confirme ma conviction que la crise que mon pays traverse est une crise politique et non pas un problème de cohésion sociale.

Un candidat exemplaire

Ce qui me rend aussi heureux, c’est le résultat obtenu par la Coalition Cheick Modibo Diarra (CMD).  Avec 7,39% au premier tour, la coalition CMD est devenue la quatrième force politique du pays, alors qu’elle n’a pas distribué de l’argent pendant la campagne, contrairement aux autres « grands » candidats.

Elle a su utiliser la campagne de proximité, et convaincre les Maliens de voter pour un candidat et son projet et non pas pour ce qu’il leur donne. Même s’il n’a pas gagné, il devrait servir de source d’inspiration aux candidats à venir qui veulent faire de la politique autrement.

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.