mali apprendre suisse bateau_drapeau_Geneve_Suisse
article comment count is: 1

Ce que le Mali peut apprendre de la Suisse

La blogueuse Fatim Touré a récemment visité la ville de Genève en Suisse. Elle a trouvé une ville bien organisée et qui a adopté de bonnes stratégies pour attirer les touristes. Le Mali peut s’en inspirer, écrit-elle.

Lors de mon séjour à Genève en Suisse, je fus agréablement surprise du mode de fonctionnement de la ville et de ses habitants. Certes oui, je m’attendais vraiment à ressentir de la différence entre la Suisse, qui est un pays développé, et le Mali, mais le degré d’organisation et de discipline a dépassé mes espoirs.

Au cours de mon séjour, j’ai  passé le plus clair de mon temps à analyser et à imaginer comment adapter ce que je voyais à notre pays. Dans cette ville, bon nombre de services sont mis en place pour améliorer la vie de ses habitants et même des visiteurs étrangers.

Ticket gratuit pour tout le monde

A peine débarqué à Genève, on a droit à un ticket de transport gratuit valable pour  80 minutes pour se déplacer de l’aéroport ou de la gare à sa destination finale. Eh oui, que tu sois un Suisse ou un étranger, tu as droit à ce ticket gratuit. Il y a donc un distributeur automatique de billets gratuits installé dans le hall de récupération des bagages, face à la sortie, au sein même de l’aéroport.  Ce ticket permet d’utiliser les transports publics dans la ville de Genève.

En plus de ce privilège, s’il vous arrive de séjourner à Genève dans un hôtel, une auberge ou même un camping, l’établissement vous offrira une “Geneva Transport Card” (circulation gratuite sur le réseau genevois, valable pour toute la durée du séjour) qui vous permettra d’utiliser gratuitement les transports publics à Genève durant votre séjour, Rien à voir avec nos Sotrama et nos bus qu’on ne peut jamais prendre sans avoir de l’argent en espèce. La ville met tout en oeuvre pour faciliter le déplacement des personnes et de leurs biens.

Le gouvernement ou le maire qui décidera d’appliquer un tel système à Bamako aura mon soutien total.

Priorité aux piétons

J’ai remarqué aussi que dans la circulation routière de Genève, les piétons sont rois. Ce sont eux qui mènent la danse, car ils sont respectés et protégés par la loi et les automobilistes. Même quand les feux sont en vert et qu’il y a un groupe de piétons qui souhaitent traverser la route, les automobilistes vont s’arrêter et les laisser passer. C’est tout l’inverse de Bamako, où les automobilistes et les motards ne laissent jamais les piétons passer.

Genève est tellement bien organisée qu’on ne voit pratiquement pas de policier a chaque coin de rue, ces derniers n’interfèrent pas directement sur la gestion de la circulation routière sauf en cas de force majeure (accident, contrôle, constat etc.). Le Code de la route est tellement bien respecté que tout le monde sait comment se comporter pour une sécurité commune. Pas besoin de tracasseries ou d’enfreindre les lois de la circulation routière, chacun connaît son droit et respecte celui des autres à plein gré, ceci participe fortement à la cohésion sociale et l’entente nationale du pays.

En conclusion, je pense que notre pays peut s’inspirer de pays comme la Suisse pour s’améliorer et booster son développement. Bien sûr, il ne s’agit pas de vouloir tout faire comme eux car toutes les stratégies ne sont pas adaptables à toutes les réalités. Mais on peut adopter ce genre de stratégie commerciale axée principalement sur la libre circulation des personnes. Ça peut plaire aux touristes et développer considérablement les intuitions des hôteliers et autres entrepreneurs, acteurs incontournables de notre économie.

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)