article comment count is: 0

Ramadan: mois de purification pour les uns et de simulation pour les autres!

Le mois de carême bat son plein. C’est un mois cher aux musulmans. Chacun jeûne et prie. Les mosquées deviennent nombreuses. Les rues sont bourrées de monde la nuit. Pour le blogueur Fousseni Togola, si certains sont dans le sérieux durant le ramadan, d’autres en revanche font semblant de jeûner, ou le font contre leur gré.

Le carême est une recommandation divine. Tous les musulmans qui peuvent jeûner sans difficultés doivent le faire. Pendant ce mois, la miséricorde de Dieu touche à tous ses croyants. Les louanges, les appels à Dieu se multiplient dans les communautés musulmanes. Chacun veut bénéficier de la miséricorde du tout puissant. Alors tous les musulmans doivent passer la journée, de l’aube au coucher du soleil, sans manger ni boire.

Durant le mois les comportements changent. Tous les pratiquants laissent de côté leurs anciennes pratiques pour s’efforcer de répondre aux exigences de Dieu. Les jeunes filles aussi bien que les jeunes garçons s’habillent décemment. Le hijab (habits noirs couvrant tout le corps) est très porté par les femmes. La consommation de l’alcool s’amoindrit.

Jeûne par contrainte

Les aumônes se multiplient. Les prières s’intensifient. À cet effet, les rues deviennent des mosquées. Une fois la nuit tombée, des groupuscules d’individus s’associent pour occuper les rues et procéder à leurs prières en groupe.

Les apparences donnent l’impression que tous les musulmans, jeunes et vieux, jeûnent. Pourtant, nombreux sont ceux qui le font par contrainte et non par conviction. Les chefs de famille obligent leur femme et enfants à jeûner. Certains le font juste pour faire bonne figure devant le regard des autres. D’autres encore se cachent pour manger et boire.

Dans les familles, on n’imagine même pas qu’un enfant d’un certain âge (15 ans ou plus) ne soit pas en jeûne. La nourriture préparée ne revient uniquement qu’aux tous petits. Ce sont ces gens obligés de jeûner qui font semblant.

Réviser les principes

«Il est plus facile de tordre le fer quand il est chaud que lorsqu’il est tout frais», entend-t-on le plus souvent. Les enfants doivent être instruits à la religion depuis le bas âge et non pas lorsqu’ils deviennent des adultes. Une fois qu’un enfant atteint 18 ans, le mieux est de le laisser agir avec son raisonnement. Il est inutile de vouloir le forcer à jeûner en le privant de nourriture.

Certes, il faut lui rappeler les bienfaits du jeûne, de cette recommandation de Dieu à ses fidèles, mais il ne faudrait pas aller jusqu’à l’y obliger. Mieux vaut ne pas jeûner et assumer son choix au lieu d’être obligé de le faire sans le vouloir et sans comprendre le  fondement de cette pratique.

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.