sept comportements facebook
article comment count is: 7

Sept comportements qui énervent sur Facebook

Le réseau social Facebook est devenu un carrefour où tout se passe et se voit, de bon comme de mauvais, de meilleur comme de pire, de sérieux comme de moins sérieux. C’est l’un des réseaux sociaux qui ont les faveurs des utilisateurs. Le blogueur Sagaïdou Bilal nous parle des sept comportements qui ont le don de l’énerver sur Facebook.

Mon intention est d’inciter à une  bonne utilisation des réseaux sociaux pour bâtir une meilleure relation avec les amis ou followers. Ce billet aurait pu s’intituler « Ces comportements qui énervent sur les réseaux sociaux » tout court. Mais, à mon avis, de tous les médias sociaux que j’utilise (Twitter, LinkedIn, Instragram,….), Facebook me semble être celui où il y a plus de comportements qui énervent, même si on ne le dit pas assez. Dans ce billet, je vais m’étaler sur sept attitudes que j’ai pu répertoriées.

1. Aimer et Partager…

Nous avons l’habitude de lire dans certaines publications ou sur des pages la consigne « aime et partage ». Quand je tombe sur ce genre de consigne sur mon fil d’actualité, je me demande qui est cette personne pour me demander une telle chose. Je ne partage pas parce que la personne me l’a demandé ou pour lui faire plaisir, mais parce-que j’y ai trouvé de l’intérêt et je juge utile de partager avec d’autres amis. Très souvent, ces messages ont par ailleurs un objectif commercial caché, ce qui me pousse à davantage encore de méfiance.

Il faut laisser le choix aux gens d’aimer ou pas, selon leur centre d’intérêt et leur humeur. Et Facebook a pensé à cela avec ses paramètres de confidentialité où il est possible ne pas rendre publique ses activités et de cacher le bouton de partage.  Dès lors, il est  inutile d’énerver les gens avec « Aime et partage ».

2. Vouloir tout partager sans…

Il y a des gens qui sont devenus spécialistes du partage. Il leur suffit juste de tomber sur une publication pour appuyer soudain sur le bouton « Partager » ou copier-coller. Ce n’est pas un mal en soi, mais ce sont là des comportements qui peuvent nous induire en erreur. C’est pour dire que tout ce qu’on peut lire ou voir sur son fil d’actualité n’est pas forcément partageable.

Si c’est une information, il faut prendre le temps de vérifier la source ou l’authenticité. Si c’est un post d’opinion, de petite histoire ou de blague, il faut être convaincu qu’il y a un message important à faire passer auquel on adhère. Bref, il faut partager mais il ne faut pas vouloir tout partager sans que cela vaille la peine.

3. Identifier des gens toujours et toujours

Nous avons cette habitude d’identifier nos amis dans des publications, des partages voire des commentaires sans se soucier de se demander si ces derniers verront cela d’un bon œil ou pas. Avant d’identifier quelqu’un, il faut s’assurer que la publication ait un rapport avec ses centres d’intérêts. Si c’est une campagne numérique ou un plaidoyer pour une cause jugée noble et juste, on peut identifier les amis en ayant la certitude qu’il n’y verront pas de problème.

4. Vos numéros en commentaires

Très souvent, des publications dans des groupes publics ou pages qu’on aime ou dont on est membre nous demande de laisser nos contacts téléphoniques pour pouvoir être ajoutés à un tel ou tel groupe WhatsApp. Vous êtes intéressés et vous voulez y adhérer, par conséquent, vous mettez vos numéros. Cela n’engage que vous ! Mais savez-vous que des personnes mal intentionnées peuvent tomber sur vos numéros et en faire usage comme bon leur semble ? D’ailleurs, celle ou celui qui vous le demande, le connaissez-vous ? Quelles sont ses réelles intentions ?

S’il est sérieux, il n’a nullement besoin de demander des contacts en commentaires pour faire des ajouts. Il suffit qu’il partage le lien du groupe pour que d’autres, intéressés, soient ajoutés à partir du lien sans pour autant laisser leurs contacts en commentaires. Si vous laissez vos numéros, dites-vous que vos amis le verront sur leur fil d’actualité et pourraient ne pas avoir de respect pour vous. C’est le cas, par exemple, des groupes comme « mɑnɑmɑnɑkɑn » et « mɑnɑmɑnɑkô ».

5. Ne pas épargner les nouveau-nés…

S’il y a une chose que je déteste sur les réseaux sociaux, notamment sur Facebook, c’est bien cela : publier les photos de nouveau-nés.  Et je ne me fatigue jamais de le rappeler à d’autres proches dotés pourtant d’une grande faculté de compréhension en commentaires ou en Inbox.

Je ne sais pas pour vous, mais ça m’énerve personnellement et ça devrait sûrement énerver le bébé aussi parce qu’il ne l’a pas demandé et n’a pas besoin de cela pour vivre heureux. Tout ce qu’il veut, c’est d’avoir satisfaction de ses besoins, d’avoir un bon père, une bonne mère, une tante, un oncle, etc. L’enfant est fragile et vulnérable et ses photos publiées dans sa vulnérabilité et fragilité pourraient lui être nuisibles quand il aura grandi. Pensons-y !

6. Affaire coquins-copains…

Un autre cas qui agace, c’est de voir une personne changer par exemple sa photo de profil par celle de sa copine ou de son copain . Et quelques jours après, elle change celle-ci par celle d’une nouvelle conquête différente de la première. Ce qui est énervant ici, c’est le manque de respect envers d’autres. Dans ta liste d’amis, il y a sans doute des personnes, des parents avec qui jamais dans la vie réel vous n’oserez partager vos histoires et multiples conquêtes amoureuses, si ce n’est pour des projets de mariage. À travers cette attitude, vous renvoyez de vous-même une mauvaise image.

7. Ici c’est mon mur…

Sur Facebook, il y a des personnes qui se glorifient en criant haut et fort « Ici c’est mon mur, tu fais ceci-cela, je te bloque »  à destination de gens ne partageant leur opinion. Une question : depuis quand ces personnes se sont fait construire un mur sur ce réseau social ? Il suffit juste d’un simple piratage ou que Facebook même vous bloque pour une raison ou une autre  pour vous faire prendre conscience que ce n’est pas votre mur mais celui de Mark Zuckerberg. Rappelez-vous que sans vos amis et followers, vous n’êtes rien. C’est comme dans la vie réelle, sans les autres nous ne sommes rien. S’il se trouve que vous avez une certaine notoriété qui vous pousse à l’arrogance, n’oubliez pas que c’est grâce aux autres.

Je pense que pour une meilleure relation virtuelle, dans tout ce que l’on fait, il faut penser aux autres, à ses amis et à ses followers. Cette relation peut passer du virtuel au réel. Pour ce faire, nous devons songer à travailler dans ce sens en évitant ces comportements dont on ne tient pas assez compte mais qui peuvent nuire à la relation qu’on entretient avec les autres. Essayons de faire preuve de respect envers les autres dans tout ce que nous faisons et même dans nos interactions. Ce n’est pas difficile.

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (7)

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.