Twittoscopie : la dérangeante sortie de l’artiste Salif Keïta
article comment count is: 0

Twittoscopie : la dérangeante sortie de l’artiste Salif Keïta

Dans une vidéo, publiée le 14 novembre dernier, Salif Keïta, le rossignol de la musique malienne, accuse la France d’être complice du terrorisme au Mali et appelle le président Keïta à demissionner « s’il a peur ». Sa sortie n’a pas laissé indifférente la twittosphère malienne.

La vidéo est devenue virale. Publiée le 14 novembre 2019, elle montre un Salif Keïta remonté, qui essaie tant bien que mal de rester respectueux en alignant les « kôrô » (grand frère) à chaque phrase. Son message pointe un doigt accusateur vers la France et le président Keïta. Il reproche à la France d’être complice du terrorisme au Mali et demande à IBK de démissionner s’il ne se sent pas capable de mettre fin aux attaques répétées que subissent les soldats maliens.

Les réseaux sociaux sont inondés de réactions de toutes sortes. Même si Salif Keïta est coutumier de ces sorties fracassantes. En 2016 déjà, dans une interview accordée à Jeune Afrique, il déclarait : « Je dis simplement que si la France voulait que la guerre s’arrête, ce serait fini demain. »

Des propos osés

Les propos du chavalier blanc de la musique malienne sont osés : « Il n’y a pas de terrorisme au Mali, tout le monde sait que c’est la France qui est derrière cette histoire. » Plus loin, il ajoute : « Arrête de te soumettre à ce petit Macron, un gamin comme ça ! » Pour terminer, il demande au président de laisser le pouvoir parce que, selon lui, ce dernier  a montré ses limites.

Réaction de l’ambassade de France au Mali

Il faut relever que ces propos arrivent dans un contexte marqué par « la flambée des sentiments antifrançais » ou encore la montée de la gallophobie. Ainsi, l’ambassadeur de France au Mali, M. Joël Meyer, a aussitôt fait un communiqué pour dénoncer des propos qu’il juge « infondés », « diffamatoires » et « outranciers ».

Les propos de l’artiste ont été soutenus par de nombreux internautes qui estiment qu’il dit haut et fort ce que tous ou presque pensent tout bas. Pour certains, la France doit quitter le Mali à cause de sa duplicité dans la crise.

De nombreux désaccords aussi

En revanche, plusieurs personnes pensent que Salif Keïta perd les pédales et qu’il devrait se contenter de chanter, car c’est ce qu’il sait faire de mieux. Les affaires politiques étant un peu trop compliquées pour lui, disent certains. Cette couche de la twittosphère malienne, qui voit dans les propos de Salif Keïta une sortie de route, évoque une déception à l’endroit d’un grand artiste qui doit apporter des éléments de preuve après sa déclaration.

Ingratitude

Cette sortie n’a pas laissé indifférents des hommes politiques africains, notamment le ministre des finances du Niger. Celui-ci, à l’instar de plusieurs autres internautes, pense que Salif Keïta se trompe, oubliant que l’intervention de la France au Mali à travers ses opérations Serval et Barkhane a été d’un apport inestimable dans la lutte contre l’occupation du nord du Mali par les groupes séparatistes.

Ce qu’on ne dit pas assez, c’est que Salif Keïta, affirment certains, aurait été remplacé par Toumani Diabate pour animer un dîner à Koulouba. Énervé, cette sortie serait donc une sorte de règlement de comptes. Vraie ou fausse, en tout cas cette explication a aussi circulé sur les réseaux sociaux.

Le dôgô (petit frère) a parlé. Le kôrô n’a pas encore répondu. Si plusieurs internautes continuent à dire qu’il divague, d’autres félicitent encore et encore cette sortie.

Partagez-nous votre opinion