Côte d’Ivoire : accoucher avec ou sans péridurale ? That’s the question
article comment count is: 0

Côte d’Ivoire : accoucher avec ou sans péridurale ? That’s the question

Une aubaine pour certaines, risquée pour d’autres, la pratique de la péridurale fait polémique dans certains cercles féminins ivoiriens.

« Tu enfanteras dans la douleur ». Cette injonction biblique va-t-elle désormais disparaitre sous le rouleau compresseur de la technique ? L’analgésie péridurale, qui atténue les souffrances des femmes durant l’accouchement, est de plus en plus pratiquée en Côte d’Ivoire. Alors que s’engage un débat sur les violences obstétricales dans les maternités, des voix s’élèvent parmi les femmes et les soignants pour remettre en question cette pratique, qui engendre des naissances toujours plus médicalisées et non sans conséquences.

La péridurale consiste à injecter, au moyen d’une aiguille, un anesthésique local dans l’espace péridural, situé entre les vertèbres et la dure-mère. Administrée au cours d’un accouchement pour soulager les douleurs provoquées par les contractions lors du travail, elle permet aux femmes de rester conscientes et de préserver leurs facultés motrices : pousser pour faire sortir le bébé et parfois même marcher (péridurale ambulatoire). Sauf contre-indication médicale (problèmes de coagulation du sang, fièvre, tatouage), la péridurale peut être proposée à toutes les femmes.

Conséquences sur la santé

La pratique de la péridurale pour les accouchements par voie basse au Centre hospitalier universitaire d’Angré, dans la commune de Cocody, est encouragée par certaines parturientes. Assoumou Marie-Claire a accouché le mois dernier dans ce centre hospitalier universitaire de la capitale économique ivoirienne. Sa plus grosse crainte était de faire face à la douleur de l’accouchement.

Sur proposition de son gynécologue, elle n’a pas hésité à sauter sur l’occasion.  « Personnellement, la péridurale m’a permis de bénéficier d’un accouchement formidable. Je sentais les contractions, mais pas la douleur. Et je n’ai eu aucun effet secondaire. L’arrivée de mon bébé s’est faite dans le calme et la sérénité », témoigne-t-elle.

Quant à Koné Alima, elle a un avis différent. La péridurale, pour elle, est faite pour les partisanes du moindre effort. Elle estime que les douleurs liées à l’accouchement sont d’ordre naturel. « Je ne suis pas pour la péridurale, clame-t-elle. Car toute femme doit ressentir les contractions de la grossesse. En plus, elle est couteuse.»

Cette pratique n’est pas sans conséquences, selon Dr Niakadié, gynécologue dans une clinique privée dans la commune de Koumassi.  « Comme pour tout acte médical, il existe des effets secondaires. La péridurale peut entraîner des maux de tête passagers après l’accouchement, une baisse de la pression artérielle de la mère, une difficulté à bouger les jambes puis éventuellement des maux de dos dans les jours qui suivent », indique le professionnel qui n’encourage la péridurale qu’aux femmes enceintes qui présentent des « risques ».


Vous pouvez aussi relire notre dossier : #Grossesseréussie

Partagez-nous votre opinion