Éditorial d’Adam Thiam : quelque chose ne va pas
article comment count is: 7

Éditorial d’Adam Thiam : quelque chose ne va pas

Dioura en mars, Guiré en avril, foultitude d’embuscades mortelles depuis, Bulikessi et Mondoro il y a quarante -huit heures : force est de constater, 2019 tirant sur la fin,

que nous ne voyons pas encore le bout du tunnel, et que nous sommes loin de la victoire tant désirée de l’armée malienne, singulièrement sur les troupes djihadistes. Au contraire, malgré les déclarations et malgré les efforts, les Forces armées maliennes saignent au-delà du raisonnable et selon un scénario bien rôdé : attaques dites complexes ; tirs plus ou moins nourris de roquettes ou de mortiers ; détonations traitresses de mines antipersonnel ; revendications triomphales des assaillants ; et sur les réseaux sociaux, les images insoutenables de soldats tués, d’équipements calcinés dans des garnisons détruites, au détour de buissons, le long des routes nationales, là où les crevasses ont chassé le bitume.

A chaque fois, les communiqués copier-coller dénonçant une « attaque terroriste » et condamnant « un acte odieux et lâche » qui ne sera, naturellement, que le dernier avant le prochain ! Quelque chose cloche et cela hélas ne peut continuer que pour le malheur de la nation. Or, le seul point de consensus réel et vérifiable reste l’armée nationale. Nous ne savons pas voir ses verrues et malheur à celui qui, comme Chahana Takiou, ose secouer le cocotier. Parce qu’elle est en guerre, opposition comme majorité, gouvernants comme gouvernés, nous avons mis un point d’honneur à la soutenir, quelle que grosse que soient la couleuvre et amères les pertes infligées par un ennemi inférieur en nombre et en équipement. Il faut craindre que ce consensus autour de nos soldats, si solide soit-il, ne se lézarde au rythme des défaites sérielles et humiliantes qui tendent à devenir la norme. Pas seulement chez nous, mais dans les autres pays sahéliens où le terrorisme s’est incrusté. Oui, tous les moyens doivent être consentis et toutes les chances saisies pour que les corps découverts aux aurores soient ceux des agresseurs plutôt que de nos soldats. Mais depuis au moins une décennie la tendance est à la défaite. Le temps est venu d’évaluer sans complaisance nos réponses, notre capacité face aux percées de la bête. Puisque, armées nationales, Barkhane, Minusma, G5 aujourd’hui, peut-être CEDEAO demain, rien ne semble conjurer la cendre et la désolation. De surcroît au petit matin à l’heure où nous nous réveillons  !

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (7)

  1. Qu’on change tout suivant l’hierarchie militaire de l’emicycle au dernier decideur, qu’ils deguerpissent la barkane, la maxima, G5, que restent seulement nos amis, ceux -la digne d’amitie, que la france s’en aille.

  2. C’est vraiment à la fois étonnant et décevant, pourquoi les valeureux FAMA se laissent toujours surprendre ??? Est-ce manque de motivation, de fatigue ou manque de professionnalisme ???? Je suis d’Avec Adam, il est temps de poser les questions pertinentes sur l’etat Des FAMA.

  3. C’est vraiment de lapalissade de dire que quelque chose ne va pas, c’est plutôt l’heure est grave. Il n’y a que les attaques des terroristes, je préfère ce terme qu’à celui de Jihadiste, les catastrophes et les violences avec leur lot de morts empoisonnent notre quotidien. Comment conjurer ces maux ? K’allah nous assiste

  4. Depassionner la question de notre armèe nationale et la response à nos questionnements et frustrations se trouvera
    dans notre objectivitè.La premiere est que si nous ne sommes pas perçus comme une armèe d’occupation, nous devons faire corps avec notre environement et ainsi nous aurons une avance de 50% à la premiere bataille, 75% à la seconde et 100% à toutes les autres.Construisons des armèes republicaines et nous reglerons deja la problematique des frustrations destructices des armèes.

  5. Oui toujours des mises en garde et seulement des mises en garde. Ce régime est aux abois et mon humble il doit avoir le courage de céder le pouvoir de lui-même car ayant échoué tragiquement sur plusieurs fronts. Vive le Mali.