filles mariages forces mariage precoce
article comment count is: 0

Les filles méritent mieux que les mariages forcés

Dans certaines sociétés maliennes, il est fréquent de voir des parents compromettre l’avenir de leurs filles en les mariant, pour des raisons d’ordre culturelles, religieuses, ou tout simplement pour des problèmes financiers. Comme si les filles étaient des objets dont nous pouvons nous débarrasser quand bon nous semble, déplore le blogueur Mohamed Ag Allou.

Pour beaucoup de parents, mieux vaut marier sa fille lorsqu’elle est encore adolescente. Advienne que pourra. La plupart de ces parents mettent en avant l’argument de la peur de voir leur fille contracter des grossesses avant le mariage. Toutes choses qui sont très fréquentes par ailleurs. J’ai pris part à un atelier, organisé par l’ONG AMSS (Association malienne pour la survie au Sahel) à travers son projet Debbo Alafia, sur le même sujet. Il m’a été presqu’impossible de convaincre les vieilles personnes sur la question. Elles étaient toutes d’accord que, de nos jours, les filles apprennent très vite sur la vie. Donc, il faut les donner au premier homme qui demande leur main. « Si on refuse de marier nos filles très jeunes, elles iront faire ce que nous ne voulons pas et deviendront les sujets de tous les débats. Donc, pour éviter cela, mieux vaut les marier et se dégager de toute responsabilité », affirme un vieux participant à l’atelier. Malheureusement, il n’est pas rare de s’entendre dire ce genre de propos de la part de certains parents.

D’autres parents se cachent derrière la religion pour transformer la vie des filles en enfer. Pourtant, l’islam dit qu’avant de marier les filles, les parents doivent s’assurer qu’elles connaissent toutes les règles de la « féminité ». Les parents de nos jours respectent-ils cette prescription ? Je suis tenté de répondre par la négative.

Des filles sacrifiées

Il y a aussi que nos sociétés regorgent malheureusement de vieux pervers, qui préfèrent toujours se marier avec des petites filles en pensant que faire l’amour avec une jeune fille rajeunit. Des idées reçues à bannir de nos mentalités. Je me souviens toujours de deux tristes histoires qui se sont déroulées à Tombouctou. Des histoires que je qualifie, à mon humble avis, de « sacrifice de filles ».

La première histoire : c’est ce père qui, par peur d’être emprisonné, a donné son unique fille en mariage à son créancier à qui il devait plus de 1 000 000 francs CFA. Sous la pression familiale, la jeune fille a accepté de se marier avec l’homme. Elle est devenue sa seconde et « secrète » épouse. Plus d’un tombouctien connait ces « unions sécrètes », c’est-à-dire des mariages célébrés en catimini entre un homme déjà marié et une femme divorcée ou veuve. Dans les unions sécrètes, l’homme ne passe pas la nuit chez la femme. Tout se fait la journée. Parce que si l’homme découche, sa première femme s’en rendra compte et le mariage secret pourra être révélé au grand jour alors qu’il ne doit pas l’être, comme l’indique son nom.

La seconde histoire est celle de Fanta, une jeune fille en classe de 8e année. La jeune élève a vu sa vie basculer le jour où, sans son consentement, ses parents ont décidé de la donner en mariage à un vieux commerçant. Malgré les pleurs et le mécontentement de la jeune fille, ses parents ont célébré le mariage. Elle a vécu avec le vieil homme à qui elle a donné une fille. Malheureusement ou heureusement, ce dernier a divorcé d’avec elle quelques années après et a quitté Tombouctou. La fille a été obligée de retourner chez ses parents et de reprendre l’école. Je suis certain que les parents ont regretté d’avoir pris une telle décision.

Responsabilité des parents

Si dans Sous l’orage de Seydou Badian, un roman classique qui met en scène un conflit de générations sur le sujet du mariage de Kany, Mama Téné affirme que « la plus belle aspiration d’une fille est le mariage, un foyer et des enfants », il faut dire que ce n’est pas n’importe quel mariage.

Je me dis que, peut-être, que les gens ont mal compris. Avant de songer à donner les filles en mariage avant la majorité, les parents doivent leur donner une bonne éducation d’abord à la maison, et la chance de poursuivre leurs études pour se faire une place dans la société.

Je pense que tout parent rêve de voir sa fille réussir. Donc, au nom de Dieu, chers parents, ne sacrifiez pas les filles à cause de l’argent ou d’un soi-disant honneur. Elles méritent mieux que ça !

Partagez-nous votre opinion