djebou djeneba medaille courage benbere
article comment count is: 0

Djénéba N’Diaye mérite la médaille du courage

Djénéba N’Diaye a été la seule femme à concourir au premier tour de l’élection présidentielle. Malgré son score médiocre, elle mérite encouragement, et devrait servir d’exemple pour les autres femmes. Le renouvellement de la classe politique ne doit pas viser seulement son rajeunissement, mais également l’équilibre des genres dans les institutions, écrit le blogueur Fousseni Togola. 

Parmi les 24 candidats, Djénéba N’Diaye a été la seule femme à se porter candidate pour la course vers Koulouba. C’est un acte de courage. Si cette élection s’était tenue sans une participation féminine, cela aurait traduit non seulement le peu d’intérêt qu’accordent les femmes à la lutte pour l’égalité,  mais aussi un manque de confiance en elles-mêmes. Djénéba  mérite encouragement et doit servir d’exemple aux autres femmes qui veulent participer aux prochains scrutins.

L’aspect décevant  de la candidature de Djénéba est que ses camarades femmes et féministes ne l’ont pas suivi dans son aventure. Sur les 24 candidats, elle a été dernière, récoltant 11 609 voix, soit 0,36%. Ceci montre que peu de femmes ont voté pour elle. Certes, les femmes candidates doivent compter sur le soutien des hommes aussi pour avancer. Mais les femmes devraient donner l’exemple en soutenant d’autres femmes. Les hommes ne voteront pas pour les femmes si les femmes elles-mêmes ne le font pas.

Le renouvellement de la politique passe par les femmes

En ce 21e siècle, il n’y a aucun mal à ce qu’une république soit gouvernée par une femme, surtout que les hommes ont déjà fortement montré leur limite dans la gestion des affaires publiques. Les pays dirigés par des femmes ne se portent pas plus mal que les autres. L’Allemagne d’Angela Merkel, pays le plus riche d’Europe, est là pour en témoigner. Le renouvellement de la classe politique ne doit pas viser seulement son rajeunissement, mais également l’équilibre des genres. Notre classe politique est dominée par les hommes, et on réserve toujours aux femmes les tâches subalternes. Peut-être que le Mali manque de l’énergie et de la créativité féminine pour « émerger ». Il est temps d’y remédier.

Cet équilibre des genres dans les institutions ne peut être possible que si les femmes se portent candidates à tous les niveaux, pas seulement aux présidentielles. Ce ne sera pas facile puisque les hommes chercheront à les bloquer pour garder leur position de domination. Mais avec détermination, elles finiront par gagner. Quand ? Ça prendra le temps qu’il faut, mais l’important est de faire le premier pas et se battre.

Partagez-nous votre opinion