Études de médecine au Mali : un parcours semé d’embuches
article comment count is: 9

Études de médecine au Mali : un parcours semé d’embuches

Être étudiant au Mali est dur. Mais être étudiant à la Faculté de médecine et d’odontostomatologie de Bamako est encore plus dur. Les conditions d’études sont tellement rudes que pouvoir y passer huit années de sa vie est digne d’éloges.

Le numérus clausus, consistant à limiter le nombre d’étudiants dans les facultés de médecine, de pharmacie et d’odontostomatologie, est un cauchemar pour les étudiants. De fait, il ne suffit pas d’être bon pour réussir. Il faut être parmi les meilleurs, ce qui exige de s’adonner aux études à plein temps, se priver de repos, exploiter sa matière grise souvent plus qu’elle ne pourrait supporter. Il faut limiter les passe-temps sociaux et avoir des moyens économiques permettant de se consacrer uniquement aux études.

La pression y est tellement forte qu’au bout de quelques années, certains étudiants abandonnent, avec des séquelles psychologiques. « Les anecdotes sur des étudiants ayant perdu la tête à cause des études sont bien réelles à la FMOS », nous explique Abdramane Coulibaly, étudiant en 3e année médecine. Pour Cheick Hamala Sow, étudiant en fin de cycle, réussir au numerus clausus transforme à vie un étudiant. « A coup sûr, cette épreuve endurcit et prépare l’étudiant à affronter bon nombre de difficultés dans la vie», affirme-t-il.

Rudes conditions d’études

Dans cette université de référence, prisée notamment par des étudiants étrangers, les difficultés vont au-delà du filtre numerus clausus. Il est quasiment impossible d’étudier à la Faculté de médecine et d’odontostomatologie sans y résider. Ce qui fait que tous les étudiants cherchent à obtenir des chambres sur le campus.

Cette forte demande fait flamber le prix des logements. De nombreux bailleurs profitent de cette opportunité pour proposer des chambres hors de portée de la plupart des étudiants. « Les prix des chambres vont de 10.000 à 100.000 francs CFA et plus », explique Cheick Sow, tout en déplorant les fortes exigences de certains bailleurs qui demandent une avance de 6 mois ou plus.

Heureusement, malgré toutes ces difficultés, les valeurs humaines ont encore tout leur sens à la FMOS. « Vivant les mêmes difficultés, on devient une famille et c’est cet esprit de fraternité qui rend moins pénible la vie pour nous », laisse entendre le jeune étudiant.

La Faculté de médecine et d’odontostomatologie accueille un nombre important d’étudiants chaque année. Ils sont animés par la volonté de servir leurs semblables en les soulageant des maux qui pèsent sur eux. Peut-être serait-ce pour les entraîner aux difficultés de leur vie professionnelle future que ces difficiles conditions d’études sont entretenues ?

Face à ces nombreuses difficultés, les étudiants de la FMOS ne manquent pas de suggestions pour rendre moins pénibles leurs conditions d’études. Des étudiants suggèrent d’exploiter utilement le grand espace abritant leur école en construisant de nouvelles chambres d’internat, ce qui permettra de faire loger à moindre coût tous ces étudiants qui se font de plus en plus nombreux.

En outre, Cheick Sow propose en particulier de multiplier les opportunités afin d’offrir d’autres choix aux étudiants qui ne réussiront pas au numérus clausus. La réalité est que ces étudiants malheureux sont très limités dans leur choix d’aller vers d’autres établissements en vue de reprendre leurs études.

Enfin, la pléthore d’étudiants à la FMOS est un problème majeur que nos interlocuteurs n’ont pas manqué de souligner : « Peut-être qu’il faut multiplier les opportunités universitaires pour absorber ces nombreux étudiants qui se dirigent vers la FMOS sans le vouloir vraiment, tout simplement parce que c’est le moins pire des choix », propose Abdramane.

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (9)

  1. Bonsoir à tous et à toutes !
    Les conditions d’études à FMOS PAPH et la durée du cycle Doctoral ,les jeunes Docteur à la fin de leur formation sont moins solliciter pour L’Etat sur le marché de l’emploi.
    Donc non seulement l’Etat doit tout faire pour remédier les conditions d’études et surtout en octroyant un logement au nom des apprenants. À la fin de leurs études l’Etat doit ouvrir des offres d’emploi pour soulager au moins la douleur de temps d’année d’études que subissent les Étudiants.

  2. Tout a fait juste ces informations, et après tous ces cauchemars l’avenir est sombre sur le marché d’emploi, l’état ne recrute même pas 1/3 des médecins formés, désolé

  3. Franchement le jeûne a tout cité plus de 10 étudiants vivent dans une chambre d’autant plus tous les étudiants n’ont pas les moyens de s’offrir une chambre au village souvent même les 3 repas par jour sans oublier le problème d’eau aussi pour ne pas tout citer.
    Et oui être étudiants à la FMPOS demande beaucoup de sacrifice et pour les étudiants et pour les parents.

  4. Ce système du numerus clausus est un système qui n’en vaut plus la peine. Un des objectifs était de limiter le nombre d’étudiants voulant être des médecins ou pharmaciens parceque l’Etat ne dispose pas assez d’infrastructures pour tous les encadrer. Mais à notre grande surprise ce même Etat ordonne à d’autres écoles privées d’ouvrir leurs portes pour accueillir les fils des riches et ne font pas le numerus. On appelle ça de la discrimination monétaire vu que les étudiants de la Fac sont des fils des pauvres majoritairement et les imposent un système qui les torture et pire gâche l’avenir des uns et des autres. Triste réalité de ce pays !!!!

  5. Après tout ce parcours rude, plus de la moitié des médecins se retrouvent au chômage, à être obligé de percevoir des rémunérations minables dans le secteur libéral

  6. Nous ASSOCIATION CONTRE LA CORRUPTION réclame la justice au motif que dans le milieu universitaire particulièrement la faculté de médecine et odonto-smatologie et celle de ne sont pas épargnés par la corruption. Personnel administratif, chefs des travaux, professeurs et assistants sont tous concernés par ce fléau. Certains étudiants, pour passer d’une promotion à une autre,  négocient des points  moyennant de l’argent. Pour bon nombre d’observateurs, ce phénomène a un impact négatif sur la qualité de la formation des futurs cadres du pays, voila autant de facteurs qui nous poussent à poser la question de savoir si la corruption, l’inégalité et le clientélisme n’ont-ils pas été érigés en règles dans cette faculté ?
    Afin, nous réclamons nos droits de (vérifier nos feuilles d’examens, être à la possession de notre relever de notes, vérifier les feuilles concernants les codes qui ont été vendus, faire sortir un nouveau résultat, et la vérification des feuilles doit être faite en présence des juges et les avocats).

    🇲🇱 NOS DROITS ET NOUS DISONS NON À LA CORRUPTION 🇲🇱