article comment count is: 2

Les conflits entre Peuls et Dogons doivent cesser

Depuis plus d’une année, les affrontements entre Peuls et Dogons dans le centre du Mali se sont accentués, faisant plus d’une centaine de morts. Pourtant, les deux communautés ont cohabité pacifiquement pendant plusieurs siècles, avec certes des conflits mais sans jamais arriver à ce degré d’extrême violence. Pourquoi alors maintenant ? Pour le blogueur Abdoulaye Guindo, il s’agit d’une guerre qui a été imposée à ces communautés, et qui ne devrait pas avoir lieu.    

Dans presque tout le centre du Mali, gravite autour de chaque village dogon un campement Peul.  Agriculteurs, les Dogons, pour s’occuper de leur champ ont toujours confié leur bétail aux Peuls, éleveurs par excellence. Au cours de cette cohabitation qui date de plusieurs centaines d’années, des conflits  se sont produits entre les deux communautés, sans qu’ils n’atteignent le stade de la violence contemporain.  Ces conflits en général surviennent suite à des dégâts causés par les animaux, au non-respect des règles de préséance ou aux violations des règles locales par les transhumants. Ils peuvent aussi résulter de l’obstruction des couloirs de passage du bétail par les agriculteurs, du non-respect du calendrier agricole etc.

Ces affrontements, alors non violents, ont souvent amené les différents acteurs à se connaître et à construire ensemble un certain type de  mécanismes de prévention et de gestion qui reposaient sur l’arbitrage des autorités coutumières. Chez les Dogons, les sages se rencontraient sous le Toguna (case à palabres traditionnelle); les notables peuls se réunissaient aussi pour trouver des solutions aux problèmes de leurs communautés. Ces mécanismes traditionnels ont jusqu’à maintenant toujours été efficaces.

Dégradation des relations

La dégradation des relations entre Peuls et Dogons pourrait s’expliquer par deux principaux facteurs : la crise de 2012 et l’absence de l’Etat sur une grande partie du territoire. Après avoir occupés le nord du pays en 2012 et s’être repliés après l’intervention française du 11 janvier 2013, les terroristes ont repris du service en réoccupant le territoire. Si, le Nord est contrôlé par Ansardine de Iyad Ag Ghaly, le centre du Mali où vivent Peuls et Dogons, est sous l’emprise du  Front de libération du Macina de Hamadoun Kouffa.

Pour maintenir leur présence, les groupes terroristes recrutent de nouveaux combattants et commettent des exactions. Les combattants au service d’Amadoun Kouffa, en majorité composés de Peuls, sont très souvent appelés en renfort par des Peuls lors d’affrontements avec les agriculteurs Dogons. Face à l’absence de l’Etat, les Dogons pour se défendre s’arment ; le conflit s’intensifie et prend un caractère communautaire. Partout dans le centre, les Peuls et les Dogons s’affrontent faisant plusieurs villages et hameaux détruits, et plusieurs dizaines de tués.

Initiatives pour un apaisement des tensions

Dans le souci de ramener le calme, plusieurs  initiatives sont en marche, notamment les missions d’arbitrage du département de la réconciliation nationale. En outre, les jeunes des associations culturelles Ginna Dogon et Tabital Pulaaku multiplient les actions allant dans le sens de l’apaisement. Les deux organisations ont indiqué lors d’une conférence de presse que Dogons et Peuls sont des peuples qui vivaient en harmonie depuis des générations et il n’y a aucune raison que ça change.

En plus de toutes ces initiatives, il est important d’accentuer la sensibilisation pour éviter l’amalgame. « Tout Dogon n’est pas dozo et tous les Peuls ne sont pas djihadistes ».  C’est le type de message qu’il faut largement diffuser.

Ensuite, il est nécessaire, face à l’absence de l’Etat, de revenir aux mécanismes traditionnels de résolution des conflits. L’arbitrage des autorités coutumières est la première étape de la résolution des conflits dans nos sociétés. Ne pas aussi oublier le « cousinage à plaisanterie » (sorte de joute verbale qui permet de décrisper les tensions entre communautés) qui pourrait amener un Peul à menacer de ne plus vendre son lait au Dogon, et ce dernier de ne plus vendre du mil au Peul.

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (2)

  1. Que la paix règne au pays Dogon.peulh et Dogon vivent ensemble, ils sont des frère. Gardons le silence, la vérité triomphera un jour. Un silence de memoires aux disparues.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.