tombouctou monument al-farouk
article comment count is: 0

A Tombouctou, le monument Al Farouk tarde à renaître de ses cendres

Al Farouk est le génie protecteur de la ville de Tombouctou. Il est représenté sur un monument par un cavalier tout de blanc vêtu, portant des babouches blanches et un litham blanc, sur un cheval aussi blanc. Son monument surplombe la ville de Tombouctou et est perçu par les populations comme le signe de la paix, de la sécurité et de la protection. Mais, depuis sa destruction par les djihadistes en 2012, le monument tarde à sortir de terre malgré le début des travaux. Le blogueur Youssouf Cissé nous explique pourquoi.  

Selon la légende que commémore la statue, Al Farouk, le génie protecteur de la ville, a quitté Tombouctou il y a des centaines d’années pour être ensuite emprisonné sous les eaux à Djenné, suite à une dispute entre lui et Alkadi Ayba, imam de la mosquée de Sankoré. A Tombouctou, il se raconte qu’Al Farouk apparaissait tard dans la nuit et paradait dans les ruelles pour chasser les esprits maléfiques, les voleurs, les brigands qui, seuls, pouvaient entendre le son désagréable de son grelot.

Son ombre plane toujours sur la cité mystérieuse. Dans les années 1990, Al Farouk aurait été aperçu tardivement dans les rues de Tombouctou par des noctambules. Mais en 2012, le monument a été détruit par les djihadistes au plus fort de l’occupation des régions du Nord. Depuis, Al Farouk semble fâché contre Tombouctou. Malgré les efforts, pour le reconstruire, le monument a du mal à renaître de ses cendres.

Place Al Farouk en chantier - Benbere
Place Al Farouk en chantier – Benbere

Des voix discordantes

En 2015, pour reconstruire et réaménager le monument, l’Unesco, les ambassades de France et de Suisse, ainsi que les autorités maliennes avaient organisé un concours national d’Architecture remporté par le projet du bureau d’Architecture AUDEX.

La maquette d’un nouveau monument a été découverte pour la place Al Farouk. Sur cette maquette, Al Farouk sera vu de tous les côtés (il n’était visible que d’un seul côté avant). Sa position sur le mur d’Alhor (calcaire pour construction) va changer pour donner place à un cheval perché. La place aura un nouveau visage, avec un jardin tout autour. Une situation diversement appréciée dans une ville très jalouse de son architecture.

Ce monument, intégralement en métal, représente pour certains « tombouctiens » la deuxième profanation d’Al Farouk. Mais le grand problème se trouve dans la proximité de l’édifice avec le camp militaire. Il est étouffé. D’ailleurs, depuis 2013, le monument ne sert plus de rond-point. Le camp militaire qui le jouxte doit être délocalisé.

Des travaux qui tardent.

C’est grâce à un plaidoyer des enfants de Tombouctou à travers le monde que la réhabilitation du monument a été rendu financièrement possible. Une nouvelle statue d’Al Farouk est arrivée à Tombouctou depuis plus d’une année, mais la fixation dure toujours. Un activiste des réseaux sociaux a ainsi pu écrire : « Le nouveau monument reste un mystère pour les populations de la cité sainte. Depuis qu’il est arrivé chez lui, même ses petits-fils n’ont pas le droit de lui rendre visite. Il est toujours emballé dans du caoutchouc. Selon les rumeurs, il est arrivé le pied cassé. En tout cas, les populations attendent impatiemment de le voir à nouveau à sa place ».

Les populations elles-mêmes ont des avis différents sur la question. Certains se dressent contre la nouvelle architecture. Argument principal : « Le symbole qu’il représente n’est pas fortuit et cela peut beaucoup jouer sur son rôle de protecteur de la Médina ». Par contre, d’autres pensent qu’il faut évoluer et faire des monuments comme au Sud avec des jardins de causerie.

Bien qu’on déplore un retard dans les travaux, l’entreprise Komé Construction, chargée de la réhabilitation, se défend à travers M. Cissé, son PDG : « Plusieurs entreprises travaillent avec nous pour réaliser les travaux, explique-t-il. Il faut déjà que certaines finissent pour que d’autres entament leurs travaux »  

En attendant, les populations se posent une série de questions. A quand la découverte du nouveau visage d’Al Farouk ?  Al Farouk reviendra-t-il vraiment veiller sur Tombouctou ? Qu’apportera ce nouveau monument à Tombouctou ?

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.