WhatsApp : comme un grand marché pour les Maliens
article comment count is: 2

WhatsApp : comme un grand marché pour les Maliens

En plus d’être l’application mobile de prédilection des Maliens pour communiquer, WhatsApp est aussi utilisée pour faire du e-commerce. A travers les statuts, on achète ou vend en toute simplicité et confiance les articles publiés par nos contacts, faisant ainsi de WhatsApp le premier marché virtuel des Maliens. 

Au Mali, le succès de l’application de messagerie WhatsApp est retentissant, jusque dans les villages les plus reculés où la connexion Internet est insatisfaisante. L’application est même utilisée par ceux qui ne savent pas lire car simple, ergonomique et pratique. Avec WhatsApp, il n’y a pas besoin d’écrire : on s’envoie des messages vocaux dans nos langues vernaculaires, des vidéos ou des images. Surtout que nous avons de forts liens avec l’oralité.

Mais WhatsApp n’a pas fait que révolutionner la communication ; elle a aussi « disrupté » le commerce. Dorénavant, Statut, clone des « stories » et option de partage de vidéos et d’images de WhatsApp, est même utilisé par les boutiques de commerce.

Quand on parle des réseaux sociaux, on parle de changement rapide et d’innovation. Et depuis quelques années, ce sont les « stories » qui sont tendance au point d’avoir plus d’impact que les publications sur les murs.  Les « stories » sont des contenues éphémères qui ne durent pas plus de 24h : cela peut être une vidéo, une photo, un texte. L’emballement mondial pour les « stories » a été saisi par plusieurs entreprises pour en faire un levier d’acquisition de clientèle. Et le Mali ne fait pas exception.

Le grand marché dans son téléphone

Une amie me demande de publier sur mon Statut WhatsApp de belles photos de chaussures qu’elle veut commercialiser. Elle les fabrique chez elle et n’a pas de boutique physique, ni de page sur les réseaux sociaux. Elle écoule toute sa production en publiant sa production sur WhatsApp. Ses contacts achètent et partagent à leur tour sur leur Statut, ce qui fait un effet boule de neige et attire d’autres « prospects » (clients potentiels).

Iparila est une jeune marque malienne de vêtement, mêlant le tissu traditionnel bogolan avec des habits modernes. Elle a su conquérir la jeunesse. Selon sa promotrice Aïssata Traoré, WhatsApp permet d’être au plus proche des acheteurs, de leur envoyer les modèles, de discuter des prix et même du choix des modèles. Selon elle, son « marché est florissant » et elle n’a même pas de site e-commerce. Seulement des comptes sur les réseaux sociaux.

« Pour être parmi les premiers informés sur l’arrivage des nouveaux modèles, regarde de temps en temps mes statuts. Je publie tout là-bas, et je peux même te faire livrer, tu fais un paiement mobile. », me dit le vendeur de pantalon Jeans au grand marché où je fais mes achats. Puis, il me donne son numéro. Lui qui n’a pas fait de formation en communication digitale, ni d’école de commerce et parle à peine français.

Tous vendeurs, tous acheteurs

Sauf que sur WhatsApp, il n’y a pas que les commerçants et les entreprises qui promeuvent leurs produits. Souvent, il arrive de voir nombre de ses contacts faire la promotion d’un produit ou vendre ses propres articles. Ce qui fait de nous tous de micro-influenceurs ou de petits commerçants du numérique. Sur l’application, vous serez agréablement ou pas de voir des articles en vente, des plus usuels aux plus insolites, comme des moutons ou encore des péripatéticiennes.

Le succès du commerce sur WhatsApp peut s’expliquer par le fait que le réseau est fondé sur ses propres contacts, donc ses connaissances. Nous voyons les articles à travers les statuts des personnes que nous connaissons et avec lesquelles nous pouvons discuter et surtout marchander. C’est un cercle vertueux où la confiance règne. Aussi, peut-on se renseigner sur les avis des consommateurs, à l’opposé des autres réseaux où on nous expose à des publicités ciblées. Si on est dubitatif quant à la commande d’articles sur des sites de vente dont on est peu sûr de la fiabilité, c’est plus rassurant quand ça vient d’un proche. Et surtout quand on peut marchander.

En se promenant dans les villes du Mali, on est touché par la débrouillardise de tous ces jeunes, hommes, femmes, et personnes âgées qui vendent à la sauvette d’articles de tous genres. A chaque bordure de goudrons, aux grandes interceptions, et même dans les ruelles, on trouve des vendeurs partout. Et c’est cette énergie de toujours vouloir faire quelque chose pour joindre les deux bouts qui explique que même WhatsApp est utilisée pour le commerce. Inutile de rappeler la précarité au Mali et le taux si élevé du chômage des jeunes.

Cette nouvelle utilisation de l’application de messagerie montre à quel point, selon les besoins et les opportunités, les technologies sont adaptées à nos réalités. Si le e-commerce est facile, pratique à travers WhatsApp, il donne un grand coup à notre législation vétuste, car aucun impôt ou taxe n’est prélevé aux commerçants.

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (2)

  1. Je te confirme tout ce que tu viens dire. Dans la diaspora française, la communauté👥👥👥 fait exactement la même chose, il vend en eux les Bazins, chaussures, boucle d’oreille etc…