parlons sexualite jeunes
article comment count is: 1

Parlons de sexualité aux jeunes

La sexualité a toujours été un sujet tabou au Mali. Pourtant cette situation cause plus de problèmes, qu’elle n’en résout.  Les parents doivent pouvoir parler sexualité avec les enfants. Mieux, on peut introduire le sujet dans le cadre l’éducation sexuelle à l’école, écrit le blogueur Mohamed Ag Allou.

La majorité des jeunes que j’ai rencontrés dans les rues ou dans les grins m’ont dit qu’on ne leur a jamais parlé de sexualité en famille.  Même les parents reconnaissent leur incapacité à aborder le sujet avec leurs enfants.  « J’ai vraiment honte d’aborder le sujet avec mes filles. Je préfère les envoyer chez une amie sage-femme en parler. J’aimerais leur parler de ça, mais je suis gênée. J’ai été élevée ainsi »  me confie une mère au foyer.

Ahmed est un jeune ouvrier âgé de 24, il fait partie de ces nombreux jeunes à qui on n’a jamais parlé de sexualité. « Nulle part, personne ne m’a jamais parlé de la sexualité. Un jour j’ai eu un bouton autour de mon appareil génital. Je croyais que c’était juste des boutons bénins. Deux semaines passèrent sans que je ne cherche aucun remède mais ça me faisait mal. C’est là que je me suis dit qu’il fallait vraiment trouver une solution. Après consultation, on m’a dit que j’étais atteint d’un chancre. J’ai eu un ouf de soulagement quand on m’a annoncé la nouvelle, j’avais peur qu’on ne me dise que j’étais atteint du VIH-Sida » témoigne-t-il.

Les premières règles…

Les menstrues sont un autre sujet délicat, qui pousse même beaucoup de jeunes filles à abandonner l’école. « La première fois où j’ai vu mes premières règles, c’était au second cycle, raconte Dily, une lycéenne. Ce jour-là, toute la classe s’est retournée pour me voir. Assise sur le banc, j’ai eu l’impression qu’il y avait de l’eau. J’ai vu par la suite que ma jupe était couverte de sang. J’ai eu peur. L’institutrice m’a conduite à la direction. Elle m’a donné tout ce qu’il fallait et m’a assuré que ce n’était pas grave. Auparavant, personne ne m’avait parlé de ce sujet pour prendre des dispositions avant d’entrer en classe ».

Ces temps-ci, beaucoup de jeunes filles tombent enceintes, d’autres jeunes sont atteints de maladies sexuellement transmissibles parce qu’ils n’ont pas su comment se protéger. Tous ces problèmes sont dus à l’ignorance et à un manque d’éducation sexuelle.

Je propose au ministères de l’Education nationale et de la Santé d’élaborer des manuels sur l’éducation sexuelle et d’introduire cettematière dans les écoles pour que la sexualité ne soit plus un tabou.

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)

  1. Parler de sexualité n’est pas seulement vu comme tabou, la personne est considérer comme une vulgaire et sans moeurs.Mais c’est au gouvernement d’en gérer la situation car la Société a échoué.Avant ces situations étaient à la charge des vieilles où des Vieux mais à cause de l’école et de l’éducation étrangère les parents ont dévié de leurs roles ainsi on assiste à cela.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.