A Bamako, tout pour un iPhone !
article comment count is: 3

A Bamako, tout pour un iPhone !

A Bamako, iPhone est à la pointe de la mode chez les jeunes. Et chacun a son plan pour s’en procurer.

Les jeunes utilisent tous les moyens pour se procurer un iPhone. Toutes les stratégies semblent permises pour les adeptes de la fameuse formule « qui veut la fin veut les moyens ».

Certaines jeunes filles sont gênées de côtoyer des petits amis ne disposant pas de la marque à la pomme. C’est le cas d’A.C. Selon elle, ne pas avoir un iPhone de nos jours, c’est comme vivre à la période antique. Elle voulait un téléphone de cette marque depuis deux ans, parce que toutes ses copines en possédaient : « Je mettais mon téléphone sur silencieux pour que ça ne puisse pas sonner et je vivais l’enfer à l’école », témoigne-t-elle.

Sortir avec des vieux

Un jour après les cours, sur le chemin du retour, elle a croisé un vieux qui lui a proposé de la déposer : « Au cours du trajet, il m’a demandé mon numéro. J’ai d’abord hésité, puis je le lui ai donné en lui expliquant pourquoi je cachais mon téléphone. Le lendemain, à la descente, il est venu me chercher avec un iPhone.», raconte la jeune dame.

Abondant dans le même sens, M.T, elle, raconte que lorsqu’une fille n’a pas d’iPhone, elle ne lui adresse pas la parole. « Toutes les filles de mon groupe ont chacune un iPhone. Pour intégrer notre groupe, il faudrait que tu aies  un homme qui puisse t’offrir des choses de marque. Avoir un iPhone de nos jours, ce n’est pas compliquer. »

Dur labeur

Bien que certaines filles préfèrent la facilité pour avoir leur iPhone, d’autres travaillent. Pour Fanta Cissé, lycéenne, avoir un iPhone aujourd’hui est le défi que les jeunes filles se lancent au quotidien. Elle dit avoir opté pour un petit commerce et encourage ses camarades à en faire autant : « Je vendais des gâteaux à l’école. Au bout de quelque temps, j’ai acheté mon iPhone 7 avec lequel je joue à la star à l’école », confie-t-elle avec fierté.

Tout comme Fanta Cissé, Ousmane Diawara s’est procuré ce téléphone de luxe après un dur labeur. « J’ai dû jouer au démarcheur dans le grand marché pendant un long moment. Dieu merci, j’ai pu m’acheter un iPhone aujourd’hui et je fais mon malin avec dans mon quartier. »

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (3)

  1. sueur dans un dur labeur pour dépenser son argent à acheter un iPhone, c’est de la folie. pour ceux qui se prostitue avec les vieux là, ooh, là c’est plus pire encore. Mais, que fait un iPhone qu’un simple télephone android ne fait pas? Oh mon Dieu

    1. Vous les filles et les futurs femmes voud voulez vous faire respectez en agissant et en ayant pas honte de s’adonner à ces actes immondes ,courage à vous tous