mali metier acteur tabous societe
article comment count is: 5

Au Mali, le métier d’acteur face aux tabous de la société

Les films nous permettent de comprendre la société. Mais les acteurs et les actrices s’exposent à beaucoup de critiques en jouant des rôles tabous pour la société. C’est le cas de la jeune actrice Assétou, dans la série Bamako, écrit le blogueur Ousmane Soumbounou.

Un acteur est celui qui peut se mettre dans la peau de l’autre, faire exactement comme l’autre. L’objectif est de transmettre un message à la population, mettre au grand jour les dessous de la société, montrer au public les problèmes que vivent les individus, les couples, les familles, bref, la société.

Dans nos coins, nous ne sommes pas au courant de tout ce qui se passe à Bamako. Grâce à ces acteurs, le public découvre le calvaire que vivent certaines personnes. C’est le cas dans la série malienne Capitales africaines : Bamako, diffusée sur la chaine A+.

Une grande réussite

Pour moi, cette série du réalisateur et producteur ivoirien, Jean Noël Bah, fut une grande réussite. Les acteurs jouent parfaitement leur rôle. Ils nous font découvrir une réalité de la vie à Bamako. Cette série, à laquelle participe une centaine d’acteurs maliens, met en scène surtout le problème des femmes qui manquent de satisfaction sexuelle dans leur couple, un sujet réel mais tabou dans la société malienne. Il évoque le cas des vieux qui se marient avec des jeunes filles qu’ils ne peuvent pas satisfaire sexuellement.

La série nous parle également des problèmes que vivent les couples polygames, des hommes infidèles, et de l’existence de certaines coutumes qui constituent des blocages à certains mariages.

Une actrice accusée de dépasser les limites

Ce genre de série peut permettre à des personnes concernées par ces questions d’avoir le courage d’en parler au sein de leur couple et de trouver des solutions qui conviennent. Mais les acteurs, surtout les actrices, qui s’exposent en jouant des personnages controversés se retrouvent sous le feu des critiques. Les gens se plaignent des limites qu’ils ou elles dépassent dans leurs agissements.

Par exemple, les gens dénoncent le rôle de la jeune Assétou, qui incarne la troisième épouse du vieux Birama. Les gens racontent qu’elle ose des actes plus ou moins érotiques, que le public malien n’est pas habitué à voir dans les films produits au pays.

Opinion conservatrice

La jeune Assétou embrasse sans complexe, exprime son désir sexuel, se plaint de son insatisfaction sexuelle avec son vieux mari : des scènes qui sont rares dans les couples africains, particulièrement chez nous au Mali, où l’opinion reste très conservatrice. En discutant de la série avec une voisine, elle m’a dit ceci : « la jeune Assétou n’a pas froid aux yeux hein ! Je me demande si elle est réellement Malienne ?»

C’est vrai que les scènes sont un peu osées dans cette série, mais si nous imaginions les fardeaux que ces actes permettent de lever sur la vie de certaines personnes, nous les soutiendrions plutôt.

Et puis, ne sommes-nous pas habitués à voir pire sur nos écrans, dans les films américains, brésiliens et européens ?

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (5)

  1. On dira que ce ne sont pas des maliens, mais des américains et des brésiliens et, pourtant, on les regarde et on y prend plaisir. Quelle incohérence, aimer la chose et ne pas l’aimer à la fois.

  2. J pense que les save pas faire la différence entre profetion et vie prive c’est pour ça qu’il juge les acteurs et actrices qui joues des rôle comme la la jeune fille assetou si les commence a faire la différence entre la vie professionnel d un acteur et celle de ça vie il va plus plus avoir ce critique.

  3. Assetou n’a fait que joué rôle et elle là bien joue pour une fois de changement et ses histoire cette films n’es que de la réalités on devrait plutôt la remercier hors de la critique

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.