Instances des jeunes de Mopti : élections sous tension, « faux et usage de faux »
article comment count is: 0

Instances des jeunes de Mopti : élections sous tension

L’élection pour les instances locales du Conseil national de la jeunesse (CNJ) a révélé les dissensions et les divisions auxquelles les jeunes de la région de Mopti sont confrontés.

Le CNJ est un organe fédérateur des associations, des organisations et des fédérations de jeunes. Son histoire récente fut marquée par la démission de Mohamed Salia Touré, son ancien président qui, l’année précédente, avait brillamment remporté les élections lors du congrès de 2016 à Bandiagara, dans le centre du Mali.

Le congrès électif de cette année est prévu à Ménaka, en fin novembre. En prélude à cette rencontre, la commission de renouvellement des bureaux du CNJ à l’intérieur du pays et à Bamako a commencé le travail.  Ces renouvellements ont révélé le vrai visage d’une jeunesse divisée.

Intérêts disparates

Le renouvellement des instances dans la région de Mopti a montré à la face du monde les dissensions et les mésententes qui existent au sein de la jeunesse. En effet, la commission chargée du renouvellement des conseils communal et local avait du pain sur la planche pour trouver un terrain d’entente entre les différents candidats.

Le jeudi 26 septembre, dans la salle de spectacle Sory Bemba, les jeunes de la « Venise malienne » étaient réunis pour la mise en place du bureau du Conseil communal de la jeunesse. La réunion s’est terminée par des invectives, des coups de poing entres camps opposés. Le président sortant, Modibo Traoré, candidat à sa propre succession, était opposé à Mahamoudou Kouma, membre du bureau sortant. Il a fallu un arrêté municipal pour suspendre le processus de désignation. « Nous n’avons pas voulu nous bagarrer avec le camp d’en face. Mais on a  été obligés de se défendre », confie M. Maïga, un soutien du candidat Kouma.

La fronde des cercles

Entre temps, la commission de renouvellement a continué ses travaux au niveau du cercle et de la région. Elle n’a pas pu mettre en place le bureau du conseil local, qui regroupe les membres de l’ensemble des communes du cercle de Mopti. En effet, cette année, la fronde est venue de la majorité silencieuse c’est-à-dire ceux qui votent pour les candidats de la ville. « Cette année, nous avons décidé de prendre nos responsabilités. Nous nous sommes réunis pour mettre quelqu’un à la tête du conseil local qui n’est pas de la ville de Mopti », témoignage un jeune de Korientzé.

Le candidat  vainqueur envoyé en prison

Après l’arrêt des travaux, Mahamadou Kouma a déposé une plainte au tribunal pour faux et usage de faux, falsification de documents administratifs à l’encontre du président sortant, déclaré vainqueur de l’élection du 26 octobre dernier. « Modibo Traoré est frappé par la limitation d’âge qui est de 35 ans. Pourtant, cette année il a 37 ans. Mais il a falsifié ses documents administratifs pour être éligible », estime-t-il.

À la surprise générale, le procureur a placé en détention provisoire le candidat déclaré vainqueur du conseil régional de la jeunesse pour falsification de documents administratifs. Cette arrestation a occasionné des manifestations de colère des jeunes, qui ont brûlé des pneus et coupé des routes. Les tensions se sont apaisées après la libération du président.

Mais les protagonistes ont continué les hostilités sur les réseaux sociaux et les radios locales. Dans une région en proie à d’énormes difficultés liées à sa sécurisation et à son développement, beaucoup d’observateurs n’ont pas apprécié ces guéguerres entre les jeunes qui envoient une mauvaise image de la région.

Le non respect des textes qui régissent le processus de désignation des membres des nouveaux bureaux se retrouve au centre des discussions. Un ancien membre influent du bureau national, Moussa Coulibaly, me rassure qu’ils feront tout pour garantir le respect des textes lors des futures élections.

Partagez-nous votre opinion