« Benbere Benkan », ou comment les blogueurs maliens sensibilisent aux NTIC
article comment count is: 0

« Benbere Benkan », ou comment les blogueurs maliens sensibilisent aux NTIC

Le vendredi 25 janvier 2019, a eu lieu à l’université Ecosup alternance le premier « Benbere benkan », une initiative de la plateforme des blogueurs Benbere. Un riche moment d’échanges, sans tabou, portant sur les NTIC et l’éducation.  

NTIC et performances

Sous le thème « NTIC et performances scolaires, opportunités et défis », l’événement a attiré un public important et suscité beaucoup de commentaires et et de questions. Les panelistes étaient au nombre de quatre personnes, à savoir Abdoulaye Guindo, le coordinateur de Benbere, Bakary Kouyaté, représentant d’Internet society, Samba Sidiki de l’AGETIC et enfin Amidou Togo, directeur national de l’économie numérique.

L’un des responsables de l’Ecosup, Demba Diarra, a salué l’initiative avant d’assurer l’entière disponibilité de l’université pour les éventuelles autres occasions.  Tous les intervenants ont été unanimes sur le fait que les NTIC représentent, à ce jour, un élément important dans l’apprentissage et qu’il suffit juste de savoir s’en servir.

Couteau à double tranchant

De leur côté, Bakary Kouyaté et Abdoulaye Guindo ont montré comment, à travers les outils comme WhatsApp et Messenger, il est possible de créer, par exemple, des groupes d’exercice malgré la distance. « Internet est un couteau à double tranchant qu’il faut savoir utiliser », a néanmoins déclaré Bakary Kouyaté, avant d’ajouter que les étudiants passent tout leur temps à exposer leur physique et parler de sape à la mode au lieu de se focaliser sur l’essentiel et apprendre dans le sérieux. Le grand problème, selon lui, est qu’Internet n’est pas utilisé à bon escient par les apprenants, alors qu’il représente une très belle opportunité à saisir.

Pour sa part, Abdoulaye Guindo a parlé du fait que les nouvelles technologies représentent la dernière révolution et qu’aucun domaine ne peut avancer sans elles. C’est pourquoi, aujourd’hui, il est possible de suivre des cours à distance.

Censure

En deux heures et demi environ, les échanges, en plus du thème, ont porté sur un autre élément important, à savoir la censure d’Internet au Mali. A la question de savoir qui censure Internet, Amidou Togo, directeur de l’économie numérique, a répondu que sa direction se pose la même question à chaque fois que l’incident intervient. « Nous sommes dans la règlementation et non dans la régulation », a-t-il affirmé.

Alors que Bakary Kouyaté a dénoncé le mal que la censure d’Internet peut causer à plusieurs personnes : « Aujourd’hui, il y a des gens qui gagnent leur pain à partir de cet outil. Le censurer, c’est non seulement violer leur liberté d’expression mais également empêcher ces personnes-là de travailler et cela est injuste ».

Pour Abdoulaye Guindo, bien que personne actuellement n’ait pu le prouver, l’Etat est responsable de cette censure : car il y a censure à chaque fois qu’il estime qu’il est critiqué à outrance sur les réseaux sociaux.

Partagez-nous votre opinion