Lahidu, une plateforme pour suivre les actions des élus
article comment count is: 0

Lahidu, une plateforme pour suivre les actions des élus

L’utilisation des nouvelles technologies pour améliorer la gouvernance gagne du terrain au Mali. Le paysage de l’e-gouvernance  accueille le dernier né : Plateforme Lahidu  (« la promesse », en bamanakan).

L’information est rendue publique lors d’un point de presse tenu le 12 octobre dernier. Le Mali emboîte ainsi le pas à la Guinée avec Lahidu ou au Sénégal avec Mackymetre. Chacun de ces outils permet le suivi des actions gouvernementales dans les pays cités.

L’application a été lancée par l’Association des jeunes pour la citoyenneté active et la démocratie (AJCAD Mali). Elle vise à renforcer la participation citoyenne et assurer la crédibilité dans le processus électoral. Lors des dernières élections, l’association a initié, avec la fondation Tuwindi, plusieurs activités liées à l’observation et à l’analyse des projets de société des différents candidats.

Suivre les promesses

Les périodes électorales sont des moments de grandes promesses par les différents candidats. Après les élections, les citoyens ont très peu de possibilité de suivre les engagements des candidats. Pour pallier ce problème, OSIWA, institution de plaidoyer et de financement, a facilité la création de cet outil numérique qui permettra aux citoyens de suivre quotidiennement la mise en œuvre des promesses de campagne des candidats.

Pour les promoteurs, en plus de cette option, les citoyens participent pleinement au processus démocratique. « Cette plateforme permet aux jeunes d’être ce véritable contre-pouvoir en suivant à la trace les actions de ceux-là qu’ils ont portés au pouvoir », explique Adam Dicko directrice exécutive de l’AJCAD Mali.

Comment ça marche

Pour utiliser Lahidu, il faut d’abord créer un compte en tant que citoyen ou élu. Une fois sur le site, on a la possibilité  de faire une interpellation de façon anonyme. Une fois qu’un propos est envoyé sur l’application, c’est à l’équipe AJCAD-Tuwindi de valider ou pas votre question. Elle n’apparaît pas directement sur le site :  « Nous voulons éviter que la  plateforme ne devienne un espace d’insultes envers les élus », fait remarquer Adam Dicko, avant d’assurer qu’aucune question ne sera escamotée si elle est posée avec politesse.

Avec Lahidu, il est possible d’avoir accès aux questions posées et aux réponses des élus. Les informations et propos des acteurs politiques vérifiés y sont également disponibles. Ainsi, sur le site, sont disponibles les projets de société de l’ensemble des candidats à l’élection présidentielle de 2018.

Interpeller les élus

Lahidu, dont l’utilisation est gratuite, permet aussi aux citoyens d’interpeller directement les élus, s’ils le désirent, dans le plus grand anonymat. L’application met à la disposition des usagers un espace pour vérifier les informations ou les dires des hommes politiques.

Une équipe de modération veille constamment. « Quel que soit le terminal que vous possédez, Lahidu est facile d’accès. Nous couvrons déjà l’ensemble du territoire national », assure pour sa part la représentante de la fondation Tuwindi, Awa Ball.

Pour Moussa Mara, ex-Premier ministre, l’interaction entre élus et citoyens est le support de la redevabilité. L’ancien maire de la commune 4 du district de Bamako n’a pas fait mystère de ses réserves : « Au Mali, les élus sont ignorants, peu connectés, peu au fait des plateformes et malheureusement peu portés sur l’interaction avec les citoyens. Pour la réussite d’un tel projet, il faut identifier certains élus, commencer avec eux, les mettre en avant jusqu’à ce que d’autres manifestent leur volonté d’y être », propose-t-il

La jeunesse et la classe politique sont invitées à aller sur Lahidu, la tester. Au final, la redevabilité, socle de toute démocratie, sera une réalité au Mali.

Partagez-nous votre opinion