50 millions servir fins
article comment count is: 2

« Les 50 millions auraient pu servir à d’autres fins »

Le Mali fait face aujourd’hui à d’énormes difficultés dues à la mauvaise gestion des ressources par les autorités. Malgré tout, pour des raisons inqualifiables, d’aucuns se permettent de distribuer l’argent du contribuable alors qu’il peut servir à de meilleures fins, regrette le blogueur Youssouf Cissé.

Pour redorer son blason aux yeux de la communauté musulmane, le gouvernement de Soumeylou Boubèye Maïga a envoyé la faramineuse somme de 50 millions de FCFA en liquide, en guise de soutien à l’organisation du meeting du dimanche 10 février 2019. Pourtant, cet argent pouvait faire du bien et soulager les peines de beaucoup de personnes à travers le pays.

Les gens en situation de besoin sont nombreux et le Premier ministre le sait très bien. C’est d’ailleurs le message que lui a envoyé le président du Haut conseil islamique, estimant dans une vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux que l’argent pouvait servir à d’autres fins : « Ces 50 millions peuvent aider les réfugiés du Nord et du Centre qui sont en difficulté à Bamako », a laissé entendre l’imam Mahmoud Dicko.

Les déplacés entassés comme des sardines

Il a bien raison quand on connait les conditions dans lesquelles végètent les déplacés des villages Peuls et Dogons du centre du pays par exemple. Ces déplacés, aux portes et à l’intérieur de Bamako, sont entassés comme des sardines sur des tas d’ordures, mourant de faim et de maladie, sans le moindre moyen de se rendre au centre de santé. « Le gouvernement jette l’argent par la fenêtre, mais il n’ose pas venir voir des Maliens qui sont dans de mauvaises conditions », a laissé entendre Hamadoun Dicko, président de la jeunesse de l’association culturelle peule, Tabital Pulaaku.

Les cheminots en grève de la faim depuis deux mois, avec plus d’un mort dans leurs rangs, auraient également pu être soulagés avec ces 50 millions.

Nos routes sont remplies de nids de poule lorsqu’elles existent. Ainsi, l’entreprise Techno Guet Construction confie qu’avec 50 millions de nos francs, on peut construire au moins 25 km de routes goudronnées. Pourtant, au cœur même de Bamako, la route menant au Stade-26 mars est détériorée au dernier degré, causant toujours des accidents. Celle entre San et Mopti ne prend plus deux voitures Toyota, tellement elle est étroite et dégradée.

De l’autre côté, l’entreprise SDM architecture aussi pense pouvoir faire 5 à 6 maisons à usage d’habitation de type F1 et de 300 m2, selon le tonnage, avec 50 millions (soit deux chambres, un salon, une cuisine et une toilette, ainsi que la cour de la maison).

Les besoins sont nombreux, pour lesquels cet argent aurait pu être dépensé, nous confient d’autres interlocuteurs, comme entre autres les compressés de l’Huicoma de Koulikoro, les fonctionnaires de l’Etat du groupe Super Biton, ce grand groupe musical dont les membres vivants croupissent dans la galère. Dans l’administration, on aurait souhaité que cet argent puisse servir à payer un scanner pour le CHU Gabriel Touré ou l’hôpital de Kayes.

Un geste difficile à comprendre

Ce geste est d’autant plus difficile à comprendre, qu’on nous affirme que les caisses de l’Etat sont vides, et qu’il n’a pas les moyens de payer les enseignants, les médecins, les magistrats, qui sont tout le temps en grève. A ce sujet, Mamadou Doumbia, inspecteur des finances déclare : « C’est vrai que les caisses du trésor étaient vides en fin 2018, à cause des élections et d’autres choses. Mais aujourd’hui, on peut se permettre certaines frasques comme donner 50 millions à des religieux . »

Le gouvernement doit quand même savoir qu’il y a beaucoup de défis à relever et que l’argent du contribuable ne peut continuer à être jeté par la fenêtre, alors que les besoins sont nombreux.

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (2)

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.