Au Sahel, la lutte de JDWS pour l’émancipation des femmes
Source : JDWS
article comment count is: 0

Au Sahel, la lutte de JDWS pour l’émancipation des femmes

L’Organisation non gouvernementale Justice and Dignity for the Women of Sahel (JDWS) est en croisade contre les violences faites aux femmes au Sahel. Elle entend impliquer les acteurs publics comme privés dans sa lutte pour l’émancipation des sahéliennes.

Créée il y a à peine un an, l’ONG Justice and Dignity for Women of Sahel (JDWS) compte déjà plusieurs actions dans la promotion et la protection des droits des femmes au Sahel. La plus récente est une étude diagnostic de l’impact du coronavirus sur les violences conjugales dans six pays sahéliens. Le crédo de l’organisation à but non lucratif : participer à la réduction voire la disparition des inégalités liées au genre et des VBG, en particulier au Sahel.

Madame Aïda Hamahady Oualate, présidente fondatrice de l’organisation de défense des droits des femmes, est originaire du nord du Mali où elle a grandi et vécu des conflits armés, et constaté les violences contre les femmes en raison de leur vulnérabilité. Ses périples dans d’autres pays du Sahel, durant les périodes de conflits, lui ont permis de saisir l’ampleur des VBG dans cette région fragile.

« Espace paisible et propice »

Le Sahel est à la fois confronté à des défis climatiques et sécuritaires, se traduisant par des conflits récurrents autour des ressources, des déplacements massifs de population et l’activisme des groupes extrémistes violents. Les femmes et les filles constituent la couche vulnérable, et en proie aux violences basées sur le genre. Le plus souvent, elles n’ont pas accès aux services sociaux de base et à la protection de la part des autorités étatiques.

En période de crise, les femmes et les enfants sont les plus touchés. La crise sanitaire en cours confirme par ailleurs leur exposition aux violences et la nécessité de mettre en place des mécanismes efficaces pour les protéger. L’ONG JDWS entend s’investir pleinement dans cette mission, grâce notamment au concours d’acteurs privés et gouvernementaux.

Selon sa présidente, JDWS insère son action dans la solidarité internationale et compte sur la participation des personnes physiques et morales convaincues de la nécessité d’« alléger la souffrance des femmes et des filles en leur redonnant leur dignité ». L’ONG compte une dizaine de collaborateurs à travers six pays du Sahel : le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal et le Tchad. Elle ambitionne de faire du Sahel un espace « paisible et propice aux femmes et aux filles ».

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion