Dabanani, le marché où l'on trouve tout, et où l'on peut tout perdre
article comment count is: 0

Dabanani, le marché où l’on trouve tout, et où l’on peut tout perdre

Dabanani, un des marchés les plus importants de la sous-région, est particulièrement visité en cette veille de Tabaski. Mais attention, il n’y a pas que les commerçants qui en veulent à votre argent dans ce marché.

Il est 11h, le soleil est tolérant ce jour grâce à la pluie de la veille. C’est une chance, d’habitude, la chaleur ne donne aucune chance aux uns et autres. La fête de L’Aïd el-Kébir prévue ce dimanche est dans toutes les têtes, les gens se marchent dessus, les bruits de tamtams des vendeurs et leurs appels et invitations à l’achat envahissent l’atmosphère. Impossible de les rater, vos tympans n’ont aucun répit.

Nous sommes là au cœur de l’un des marchés les fréquentés d’Afrique de L’Ouest, le Dabanani. (Les quatre grandes portes). Oumar Bocoum, tient une place tout juste au pied du mur de l’Assemblée nationale où sont éparpillé par terre des tissus de toutes sortes. Ses vendeurs au nombre de 3, l’aident en cette veille de fête « Je les ai recrutés spécialement pour cette fête, je les paye 3000 FCFA par jour et par personne », explique-t-il. Le marché de Dabanani est un véritable tintamarre en cette veille de fête. Les commerçants se frottent les mains, à l’image de Ismaïl Doucouré, gestionnaire d’un magasin de chaussure. « C’est pendant la période de fête qu’on fait plus de bénéfices, les recettes doubles voire, triple », affirme-t-il, enthousiaste.

Un tout en un lieu

Que ça soit dans les magasins, sur les trottoirs, pas un seul centimètre carré où mettre le pied. La foule, que ce soient soit des vendeurs ambulants ou des acheteurs, tous, se marchent dessus.

Pour Mme Diakité venue chercher des chaussures pour ses enfants, certes il y a du monde, mais c’est ici qu’on trouve des articles les moins chers, affirme t-elle. Elle n’est pas seule à penser ainsi, ils sont nombreux les Bamakois qui vont faire leur achat au Dabanani, à cause de l’accessibilité et l’abondance des articles, et cela surtout en période de fête comme celle de la Tabaski. Dabanani, c’est un tout, en un lieu, c’est ainsi que se définit ce marché emblématique pour Oumou Traoré, une vendeuse de l’encens.

Certes, mais c’est un lieu risqué. Il est recommandé de faire extrêmement attention aux maraudeurs qui se faufilent dans la foule, ils arrachent vos sacs, bracelets ou vident vos poches, conseille Amadi, un habitué des lieux.

Pas d’intermédiaire

Dans ces lieux, de jeunes gens vous abordent en affirmant pouvoir vous aider à retrouver un article ou un magasin. Mais peu d’entre eux sont fiables. Je vous recommande de ne jamais leur faire vraiment confiance. Si vous leur laissez votre monnaie, vous ne les retrouverez pas.

Plusieurs personnes témoignent en avoir été victimes. Fanta est une vendeuse d’habits pour enfants au marché de Kalaban Coura. Elle s’approvisionne quotidiennement au grand marché. « J’ai été victime et j’ai vu beaucoup de victimes, prévient-elle. Je vous recommande les magasins pour vos achats. Il ne faut pas acheter dehors, ne pas avoir d’intermédiaire ». Sinon, il y a un fort risque de vous faire flouer comme le Mali dans l’achat des hélicoptères de combat

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (0)

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.