« Tchalé, Paw, Djate… » : à Bamako, ces expressions qui font fureur
article comment count is: 0

« Tchalé, Paw, Djate… » : à Bamako, ces expressions qui font fureur

La blogueuse Fatima Hope vous invite à une visite guidée pour percer le mystère qui entoure certaines expressions que vous entendez couramment à Bamako, dans les quartiers populaires ou encore dans les musiques de rap.

Avez-vous l’impression d’être dans une autre dimension chaque fois que vous entendez les plus jeunes discuter ? Vous sentez-vous totalement perdu quand vous écoutez certains artistes de la nouvelle génération? Cet article est fait pour vous.

Que diriez-vous d’une ballade ? Embarquez avec moi pour une visite guidée sur la planète jeune. Je vous parlerai d’un temps que les plus de vingt ans ne peuvent connaître ( sans parodier Aznavour). Allez, prenez place ! J’ai concocté pour vous de quoi enrichir et rajeunir votre lexique : un dictionnaire assez particulier, qui regroupe quelques-unes des expressions fréquemment employées par la jeune génération. Êtes-vous bien installé ? An’ ka pêguê ! (Allons-y !)

  • Ma main :  mon pote,  mon gars. On peut aussi dire Tchalé ou maganin. Dans ses sons, celui qui est connu pour son style archétypal du gangsta-rap, Iba Montana, utilise à flots tchalew  (mes potes, ma bande). Un de ses sons est même intitulé « où sont les tchalés ? ».


Il en est de même pour le rappeur Young Pô, qui utilise tchalé dans son single « Rbai » pour désigner ses amis ou encore ses potes.

  • Pa/Paw : ce terme peut signifier tout et n’importe quoi ( un truc, un machin, une chose, des histoires, des nouvelles). C’est donc une expression à comprendre selon le contexte et la phrase. En guise d’exemple,  i ka paw ? veut dire « c’est quoi les nouvelles ? »,  « Quoi de neuf ? ».
  • Tarapou : les dernières nouvelles.
  • Djaté/djatew : cette expression est employé pour désigner les affaires, les détails sur  quelque chose ou quelqu’un, ce qui l’occupe ou le concerne. Il peut aussi prendre  le sens de flirt, de fille, de go (petite amie) ou d’amoureuse. Exemple, I ka djate togo ? peut signifier « comment s’appelle ta copine ? ».
  • Gle-glé : Appeler, téléphoner.
  • Tcha : une moto
  • Choua : deviner, comprendre, flairer. Dans les échanges entre jeunes, il est fréquent d’entendre « Ima choua ? », qui veut dire « Tu as compris ? » ou encore « Tu vois ce que je veux dire ? ».
  • Rbai : à tout moment.
  • Free :  de l’anglais free,  cela veut dire « gratuit ». Cependant, il est employé  aussi dans le sens de « c’est bon », « c’est cool ».
  • Skey-skey : cannabis.
  • Chap chap : tout de suite
  • Lo : alcool (boisson)
  • Fal/ kara : la cigarette.
  • Cliper : le briquet
  • Faliw/fali: cette expression s’emploie pour désigner « les filles » de façon générale. On pourrait le traduire par « Gonzesse » ou « go ».
  • Maitre-nageur/djitigui : alcoolique, ivrogne.
  • Odji :  de l’anglais original, gangster.
  • Pitchitchi : le meilleur.
  • Indou : un espion, une balance, une taupe.
  • Lagasa pa : un plan foireux, une mauvaise idée.
  • You/chai :  flic, policier
  • Djakouma : en bamanakan, ce terme veut dire « chat ». Mais à Bamako, il est utilisé pour désigner les taxis.
  • Dala rideau : apprenti chauffeur de transports en commun, notamment la Sotrama. Par exemple, la jeune fille de 17 ans dont Benbere a fait le portrait, Agna Konaté, peut être appelée dala rideau. Mais attention, le terme peut être mal pris par les apprentis Sotrama.
  • Lycée ba : en français, ce terme veut dire un « grand lycée ». Dans les rues des quartiers populaires de Bamako, il désigne la « Maison centrale d’arrêt et de correction », la grande prison située en plein cœur de la capitale malienne. Dans un billet publié sur Benbere, un blogueur l’a appelée le « lycée de Bamako-coura ».
  • Kaba: prison
  • Kabacha : prisonnier
  • Galonnaise : ado rebelle

Aussi, il m’a été aussi donné de découvrir qu’il existe des expressions pour désigner les montant d’argent. J’ai donc voulu partager quelques-unes de ces expressions avec vous.

  • Demi togo : 50 FCFA
  • Togo : 100 FCFA
  • Vert : 500 FCFA
  • Verba : 5000 FCFA
  • Gon : 10000 FCFA
  • krika/kiki : 1000 FCFA
  • 6krikas : 6000 FCFA.

Terminus ! J’espère que ce petit guide que j’ai pris énormément de plaisir à écrire après plusieurs séance de thé au grin (groupe informel de discussion) accompagné de bonne humeur et de fous rires avec mes frères, vous permettra d’y voir un peu plus clair et, comme moi, de vous sentir moins dépassé. Que ça soit au pays de l’Oncle Sam ou ailleurs, l’argot emprunte à toutes les cultures et ne cesse d’enrichir la langue.

Partagez-nous votre opinion