Coronavirus : au Mali, quelques facteurs de propagation à ne pas sous-estimer
article comment count is: 24

Coronavirus : au Mali, quelques facteurs de propagation à ne pas sous-estimer

Le Mali, à ce jour, compte des dizaines de cas testés positifs au Covid-19. Depuis l’enregistrement des deux premiers cas, l’inquiétude a gagné les populations. Selon le blogueur Boubacar Koumaré, étudiant en médecine à Bamako, il y a des facteurs de propagation qui risquent de rendre difficile la lutte contre le coronavirus.

1 – Facteurs médical

Le lieu aménagé à l’hôpital du Point-G pour la prise en charge des cas positifs de coronavirus compte un nombre restreint de lits et de matériels de réanimation. Les bavettes et les masques (surtout FFP2 ) manquent dans les pharmacies et bientôt dans les centres de santé. Bien que sachant que ces matériels sont recommandés et réservés pour les personnes infectées et le personnel médical pour plus de sécurité, la population s’est approprié, sans même connaître le mode d’emploi.

Soulignons que le mardi 24 mars 2020, dans une émission télévisée sur Canal+, les médecins français rapportaient une quantité restante de 5 000 masques FFP2 sur toute l’étendue du territoire français. La Chine étant la vedette mondiale en matière de production est plus préoccupée par la gestion de l’épidémie sur son territoire.

Le problème de masque est à craindre, car tous les pays économisent leurs moyens pour faire face à la pandémie. Il n’y a pas assez de kits de tests et pas assez de bénévoles pour la prise en charge si le nombre de cas confirmés venait à grimper. Pour sortir indemne de cette pandémie nous devons respecter les mesures de prévention consignées par les agents de santé compétents.

2 – Facteurs politique et économique

Nous sommes dans un pays où la confiance entre les populations et les dirigeants manque. La population est plus prompte à s’en prendre aux autorités sur les réseaux sociaux qu’à suivre une consigne donnée.

Les élections législatives (qui devaient être reportées) ont été maintenues. Le respect strict des mesures de prévention s’imposait, cela n’a pas été le cas. C’est un problème qui mérité d’être suivi pour le second tour des élections.

Il faut se rendre dans les gares routières pour voir la proximité des personnes. Les lieux d’enregistrement de bagages, les lieux d’attente, dans les bus, les Sotrama toujours remplies et surtout les vendeurs qui se bousculent.

Le commerce est un facteur important à souligner. Notre système de commerce est un grand foyer pouvant favoriser une explosion épidémique du fait de la surpopulation des marchés désorganisés.

3 – Facteurs éducatif, familial et religieux

Pour un pays dont le taux d’alphabétisation se situe entre 31,6% et 46,5 %, une grande partie de la population n’est pas scolarisée et ne s’intéresse guère aux informations médiatiques. Il y a donc une très grande ignorance concernant la pandémie.

La religion trouve sa place dans ces facteurs à partir du moment où les mesures de prévention (distance d’au moins 1 mètre entre les individus lors de la prière, regroupement ne devant pas dépasser 50 personnes, hygiène des mains, diminution des contacts) ne sont pas respectées dans plusieurs mosquées. Les leaders religieux se doivent de comprendre et non de qualifier ces mesures comme outrage au respect des principes. Il suffit d’une bonne organisation parallèle.

Parlons de ces habitudes familiales qui multiplient le risque: le partage du plat dans les grandes familles, le lavage des mains dans le récipient contenant de l’eau, le partage des verres de thé dans le petit « grin » familial, les toilettes partagées par plusieurs personnes, les frères et sœurs se partageant les mêmes habits dans les grandes familles. Il suffit de la contamination ne serait-ce que d’un matériel, à forte raison d’un seul membre, pour voir le virus explosé dans les familles comme les nôtres.

Que dire des personnes sans habitation, les mendiants qui pullulent dans les rues, ne sachant même pas ce que c’est qu’un virus. Ces mendiants ayant pour seul objectif journalier le repas quotidien.

Devant tous ces facteurs, le danger est imminent. L’issue reste toujours ouverte. Elle passe par la discipline. Les autorités compétentes doivent adopter des stratégies pour la bonne compréhension de ces mesures par tous et toutes.

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (24)

  1. C’est tres bien dit, les facteurs de contamination sont tellement énorme et facile ici, qu’on cours au désastre. Qu’Allah nous protège, fesons tous pour combattre la propagation de cette pandemie avec ou sans gouvernement dans notre territoire.

  2. J’engage à la situation en disant tout simplement à ma population de renforcer le bien respect des mesures d’hygiènes et préventions… k nous nous aidons même sous la protection divine 🙏🙏

  3. Voici les bonnes informations dont nous avons besoin pour faire fasse au pandémie du COVID-19. Nous vous encourageons de continuer à nous informée.

  4. Voici des informations dont nous avons besoin pour faire fasse au pandémie du COVID-19. Nous vous encourageons de continuer à nous informée sur la pandémie.

  5. Merci !!!!
    Article intéressant t’as mentionné les enfants mandiants dans la rue c’est vraiment génial
    Mais dites moi on demande à chacun de rester chez lui mais comment rester chez soi ? Quand on a pas de chez soi ?
    Où bien sont-ils immunisé contre cette maladie ???