Manifeste de crise – PME au Mali : « Nous ne serons pas les sacrifiés de la transition »
article comment count is: 0

Manifeste de crise – PME au Mali : « Nous ne serons pas les sacrifiés de la transition »

Pour signer la pétition, cliquez ici.

Nous, start-ups et PME du Mali, exprimons par ce manifeste notre profonde inquiétude et notre détermination face à la situation complexe que traverse notre pays.

Inquiétude de voir que malgré les lourdes sanctions imposées par les organisations internationales, aucune main tendue de l’État ne s’est manifestée à ce jour pour apporter des solutions à nos entreprises. Entreprises qui, pour rappel, représentent entre 80 à 90% du tissu économique malien et emploient la grande majorité de la population active. Une force économique indéniable qui peine à se faire entendre en temps normal et qui est négligée en temps de crise.

Depuis 2020, nous traversons des crises sans précédent, entre la crise sanitaire, sécuritaire et l’instabilité politique qui, aujourd’hui, étouffent nos entreprises sans que nous ne trouvions assistance et appui auprès des autorités. Ce nouvel embargo pourrait être le coup de grâce pour nos entreprises, fragiles par nature, résiliente par nécessité pour survivre dans un contexte complexe voire hostile au développement de nos activités.

Déterminées, nous le sommes et nous n’avons plus à le prouver.

Nous sommes prêts à consentir les efforts et sacrifices nécessaires pour participer à la refondation du Mali.

En effet, cette refondation se fera avec nous et grâce à nous, mais pas au détriment de nos entreprises, pas en mettant en péril l’existence même de nos entreprises. A défaut d’être une des priorités de la transition, il est impératif que la transition ne soit pas un facteur de fragilisation de nos entreprises et plus généralement du secteur privé déjà éprouvé.

Le récent embargo impacte directement les activités des entreprises ayant des activités d’import-export dans la sous-région et au-delà, les moyens de paiement internationaux sont également compromis, les partenariats commerciaux suspendus et le soutien des organisations internationales à destination du secteur privé perturbés.

Ce communiqué n’est pas seulement une énumération de doléances sans fonds et sans résonance. En tant que force vive de l’économie malienne, nous souhaitons contribuer de manière constructive et pérenne au processus de refondation du pays, à travers des propositions concrètes à court et à long terme.

Court terme 

1- Reprendre les négociations avec les organisations internationales, notamment la CEDEAO pour lever l’embargo dans les plus brefs délais.

2 – Une « union solidaire » des acteurs du secteur privé à travers un rapprochement entre les grandes entreprises et les PME afin de faire face de manière structurée aux défis de la situation actuelle. Par exemple, en priorisant les entreprises locales dans l’achat de biens et de services.

3 – Mise à disposition d’un fonds de crise pour soutenir les entreprises les plus durement impactées par la crise et notamment l’embargo.

Long-terme

La crise sanitaire liée à la Covid-19 et les derniers embargos qu’a subis le Mali nous ont rappelé et devraient constamment nous rappeler l’inévitable nécessité de (re)bâtir un modèle économique fort basé et porté par des entreprises locales, valorisant nos produits et savoir-faire locaux.

1 – Accompagner l’industrialisation des PME afin de pouvoir répondre à la demande locale

2 – Investir dans la formation et le renforcement des capacités des compétences locales afin de disposer de pôles d’expertise solides pour accompagner la croissance des entreprises

3 – Réformer les système bancaire et financier pour trouver un modèle capable de favoriser le financement endogène de la croissance de nos PME

Nous sommes résolument engagés et prêts à participer aux discussions de sortie de crise et de propositions de solutions à court et à long-terme.

Le Mali a besoin de toutes ses forces pour se relever et s’élever, les PME ont un rôle incontournable à jouer et doivent faire partie de la solution et non pas être les sacrifiées de cette refondation.


Pour toute demande de contact :

Diallo Néné Keita – Directrice de Yeleenma Consulting [email protected]il.com

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion