Coronavirus : ce qu’il faut retenir du discours d’IBK
article comment count is: 1

Coronavirus : ce qu’il faut retenir du discours d’IBK

Le Président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) s’est adressé aux Maliens le vendredi 10 avril. Le blogueur Yacouba Dramé revient sur les grandes lignes de son discours. 

Ce vendredi 10 avril 2020, le Président Ibrahim Boubacar Keïta s’est adressé aux Maliens dans un discours à la nation pour la troisième fois en moins de deux mois. Cette fois-ci, il était attendu en termes de réponses sur le plan social dans un contexte marqué par l’irruption de la crise sanitaire. On peut dire que IBK s’est souvenu qu’il était de gauche, un socialiste

Les Maliens ont vu apparaître à la télévision nationale un Président déterminé, avec un visage serré, portant un masque. D’entrée de jeu, le Président Keïta a averti : « Aujourd’hui, le virus tant redouté est dans nos murs.» Et il conseille : « Nous devons serrer les rangs, unis et mobilisés à tout instant.» Avant d’appeler à la raison les plus sceptiques sur l’existence de la maladie dans notre pays : « Fiston, reviens sur terre, ce mal existe et a fait des dégâts…»

Mesures sociales

Depuis quelques jours, les mesures prises par le gouvernement malien dans le cadre de la lutte contre le coronavirus commençaient à agacer certains, en l’absence de mesures d’accompagnement sur le plan social. Donc, le Chef de l’État était attendu sur l’annonce des mesures sociales en faveur des couches vulnérables de la population malienne, mais aussi sur le soutien en faveur des acteurs économiques. Il lui a été reproché d’être à la traîne par rapport aux pays voisins. Pour une fois, le Président Keïta ne semble pas avoir déçu les attentes avec une enveloppe de plus de 500 milliards.

Opération «un malien, un masque» 

Dans la répartition de cette somme, côté social, une prime spéciale sera octroyée aux agents de la santé et aux forces de l’ordre. Un fonds spécial de 100 milliards sera partagé entre les 703 communes du pays au profit des familles vulnérables. Ensuite, la prise en charge de deux mois ( avril et mai) des factures d’eau et d’électricité des personnes démunies, avec l’exonération des TVA (Taxe sur la valeur ajoutée) pour tous les consommateurs pour trois mois. Et, enfin, une distribution gratuite de 56 mille tonnes de céréales aux couches défavorisées et aux personnes atteintes de la maladie Covid-19.

Dans son discours, le Président Keïta reconnaît lui-même la difficulté de la mise en œuvre des consignes sanitaires. Le Haut conseil islamique a décidé de garder les portes des mosquées ouvertes, les commerçants peinent à fermer les boutiques à 16h et le gouvernement, avec l’appui des partis politiques, maintient les élections législatives. Dans cette cacophonie généralisée, la solution miracle semble être le port des masques en attendant. Un programme « un malien, un masque» est annoncé par le Président Keïta, avec l’arrivée imminente d’une commande de 20 millions de masques lavables dans notre pays. Pour atteindre l’objectif de cette opération, les entreprises locales de textiles seront aussi mises à contribution pour la production de masques.

Secteur privé 

Le secteur privé ne sort pas les mains vides. En effet, le Président Keïta promet un fonds de garantie de plus de 20 milliards pour ce secteur. En plus de cela, des mesures d’accompagnement comme la réduction des impôts, au cas par cas, la diminution des taxes douanières sur les produits de première nécessité et le payement des mandats de plus de 100 milliards au titre de l’exercice budgétaire de 2020.

Les dernières décisions prises par le gouvernement seront renforcés par d’autres, avec notamment l’idée d’un un possible mis en «confinement de Bamako », la capitale malienne.

Parmi toutes les annonces faites par le Président Keïta, celles relatives à la gestion rigoureuse du budget de l’État au renoncement aux salaires (d’un mois pour les ministres, 2 mois pour le Premier ministre, 3 mois pour le Président)  semblent avoir été appréciées par la population.

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)